Auteur Sujet: Rêve de geekon  (Lu 109318 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Merriman

Re : Rêve de geekon
« Réponse #675 le: avril 12, 2011, 14:02:26 pm »
Back to topic, les gens...  ;)
I was walking about in Cambridge and passed a bookshop, and in the window were portraits of Russell, Freud and Einstein. A little further on, in a music shop, I saw portraits of Beethoven, Schubert and Chopin. Comparing these portraits, I felt intensely the terrible degeneration that had come over the human spirit in the course of only a hundred years.

Wittgenstein

Hors ligne Mandoline

Re : Rêve de geekon
« Réponse #676 le: avril 14, 2011, 12:06:06 pm »
Alors moi y a trois nuits j'ai rêvé que je couchais avec Dreyf... :eek:
Puis avec un vieux chinois aux dents jaunes y a deux nuits.... :suspect:
et cette nuit avec un vieux de 75 ans... (que j'aimais beaucoup par ailleur)  :face:

Je ne sais pour qui c'est le moins flatteur...merri ou dreyf?  :roll:
Nobody's perfect, not even Satan's Cheerleaders

Hors ligne Nobla

Re : Rêve de geekon
« Réponse #677 le: avril 14, 2011, 12:07:58 pm »
Intéressant, cette escalade dans la déviance...
I've seen all the porn in the world !!!

"Il ne faut pas se citer dans sa propre signature, c'est très prétentieux"
- Nobla

Hors ligne Dreyf

Re : Rêve de geekon
« Réponse #678 le: avril 14, 2011, 12:10:44 pm »
Du moment que tu n'as pas rêvé que tu couchais avec les vieux et le Dreyf ensemble...

Par contre, je veux bien accepter le facteur commun "vieux", mais "jaune" je le vois pour les deux derniers, mais pas trop pour moi.

Et sinon, j'étais bien?  ;-)

Hors ligne Mandoline

Re : Rêve de geekon
« Réponse #679 le: avril 14, 2011, 12:23:38 pm »
heuu...non.... même pas... j'etais trés frustrée en me reveillant!  :suspect:

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #680 le: avril 16, 2011, 15:47:16 pm »
-rêve garanti sans gérontophilie-

J'ai été invitée avec 3 ou 4 personnes dans un château labyrinthique. Je ne le vois que de l'intérieur, mais nous nous perdons dans les couloirs, découvrons une salle de théâtre/cinéma, mais pas nos hôtes... Nous finissons par débarquer dans une petite pièce nue, aux murs de pierre massive, l'un orné d'un miroir. Après quelques instants, nous remarquons qu'un garçon roux, maigre, de 10 ans à peu près, apparait dans le dit miroir.
Ouvrant une autre porte, nous découvrons bien vite une pièce qui ouvre sur celle du garçon fantôme -via le miroir, sans tain- et où se trouvent quelques jeunes gens affairés sur du matériel électronique. Triomphants, nous crions au fake :"ah, vous avez projeté son image!". Une jeune femme nous répond d'un ton didactique et presque insultant :"bien sûr que nous la projetions, il n'apparaitrait pas sinon, il existe dans l'autre monde", et je réalise que, pour eux au moins, ce spectre existe.

Continuant à déambuler, nous retrouvons enfin nos hôtes, des nobles campagnards vêtus comme au siècle dernier, le maitre des lieux arborant énorme moustache et lourds favoris. Tous sont écroulés sur la table, plongés dans un profond sommeil dont nous ne pouvons pas les tirer.
Nous retournons donc observer l'équipe de jeunes gens et ses tentatives de communiquer avec le fantôme, quand l'un d'eux crie très une phrase rapide, en polonais ou autre langue slave. Du remous parmi les jeunes gens, certains quittent la pièce, nous ne comprenons rien.


L'instant d'après, deux silhouettes humaines en capuche, toutes de noir-chassant-la-lumière, sauf pour leurs yeux de rouge ardent, s'avancent dans un silence parfait. Elles ne semblent pas matérielles, glissant sur le sol plutôt qu'elles ne marchent.

Quelques instants après, une foule humaine, encadrée par des silhouettes noires, est rassemblée dans un spacieux amphithéâtre, l'une des nombreuses pièces du château. J'avise un chasseur de fantômes, lui reproche de ne pas nous avoir prévenus du danger : il répond sèchement qu'ils nous ont dit de fuir quand les "gardiens" sont arrivés, puis semble prendre conscience que nous ne comprenons pas leur belle langue natale.

Après quelques temps, alors que nous prenons conscience, les chasseurs de fantôme et moi, que dans l'assemblée, seuls eux et mon groupe ne sont pas des spectres, les silhouettes noires nous font comprendre que nos études surnaturelles ont fait se confondre les mondes, et bouleversé l'ordre des choses, et que nous n'apprécieront pas les conséquences de ce chaos.

Optant pour une ruse audacieuse, je m'agenouille près d'un gardien et le supplie de m'expliquer les relations entre les mondes, parce que je ne connais rien, que mon humble ignorance ne cherchait pas à mal et qu'il me faut savoir pour ne plus faire le mal.
Mes supplications provoquent un dégoût manifeste et irrépressible chez la silhouette, qui se recule en faisant signe à une autre presque semblable, plus fine cependant, et munie d'une lame d'ombre parcourue de lueurs.
Celle-ci s'avance vers moi et, d'un geste précis, traverse mon cou de sa lame ; je sens ma tête glisser et tomber lentement de mon cou, mais mon corps demeure identique. Je sais pourtant que j'ai quitté mon ancien monde, et, pour que j'appréhende mieux ma mort, la fine silhouette passe sa lame à travers mon ventre. Même réaction : je sens mes organes en tomber, sans que mon corps soit affecté.


Sur ce, n'étant plus surveillée, je veux m'enfuir, quitter le château -et la mort peut être : je fouille et cherche des passages secrets, et trouve une porte dissimulée sur un mur de bibliothèque. Celle-ci permet seulement de trouver d'autres livres, dissimulés derrière : ouvrage occultes mêlés de romans à l'eau de rose, bref, les volumes indignes d'un honnête lecteur.
Je finis tout de même par trouver trois portes ouvrant chacune sur un couloir semé de petites ouvertures carrées, pouvant servir à stocker du vin, mais dont je sais qu'elles contiennent des morts, de ceux susceptibles de s'éveiller et me dévorer si je passe.
De toute façon, l'espace est réduit et peu praticable.
Je finis néanmoins, au bruit des gardiens et divers cerbères lancés à mes trousses, par m'envoler malaisément dans le moins encombré des trois. Je progresse lentement entre les "casiers" écroulés et recouverts d'espèces de porte-manteaux muraux, écroulés eux aussi. Contrainte de voler le corps droit, pivotant sans cesse sur lui même, je vois les cerbères entrer et s'engager, eux, en marchant sur les ruines.


Là dessus, je me réveille. Puis reroupille et rêve que je suis malgré moi une déesse du mal, liée à sa machine, un magnifique vélo. J'apprends au passage que, contrairement aux idées reçues, une cape empêche de bien voler : le vent s'y engouffre, la moindre bourrasque vous envoie valser, il faut la serrer contre soi pour pouvoir maintenir son cap. Mais tout ça est une autre histoire.

Hors ligne Darkevil

Re : Rêve de geekon
« Réponse #681 le: avril 17, 2011, 02:46:38 am »
Mélo, j'adore toujours autant ton monde onirique ! :)
Doktor ès PsyKiatry, O.P.A DireKtor
It's Good to Be Bad
Evil it's Good

Tiocfaidh ár lá

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #682 le: avril 17, 2011, 11:38:37 am »
-Coloc et le méchant chantier-

IRL > J'ai passé la nuit chez Coloc, et voilà que, pendant que je squatte sa machine, il gémit dans son lit pour m'attirer vers lui. Il vient de faire un cauchemar horrible et veut mon oreille attentive :

Le rêve > La boite d'infographie où il travaille parfois prépare un nouveau local, dans un entrepôt désaffecté et plutôt glauque. Les employés habituels effectuent les travaux, reconvertis en ouvriers de chantier.
Sans trop savoir comment, Coloc' se plante les mains sur des morceaux de verre qui les transpercent de part en part. Il tente de retirer les morceaux un à un, mais cela "créée des trous énormes", et il lui semble que "sa peau se ratatine contre les morceaux". Pour ne rien arranger, il ne doit être blessé ailleurs : il se déplace difficilement, un de ses collègues est obligé de l'appuyer sur son épaule.

On sent ma présence épanouissante, pas vrai ?

Hors ligne Darkevil

Re : Rêve de geekon
« Réponse #683 le: avril 17, 2011, 20:19:57 pm »
Citation de: mélophage
IRL > J'ai passé la nuit chez Coloc, et voilà que, pendant que je squatte sa machine, il gémit dans son lit pour m'attirer vers lui. Il vient de faire un cauchemar horrible et veut mon oreille attentive :....
On sent ma présence épanouissante, pas vrai ?
Mmmmmmhhh... En plus, c'est  contagieux à ce que je constate ! :face:

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #684 le: avril 18, 2011, 08:53:28 am »
Il avait qu'à pas ronfler en même temps, il m'a fait faire un rêve horripilant où je lui hurlais dessus parce que lui et un pharaon squattant l'autre lit ronflaient bruyament, et ce salaud a essayé de m'enfermer sur un balcon lors d'une averse pour que je cesse de le réveiller. Avec ça, impossible de retrouver mon pantalon quand je tente de me barrer, il me propose de lire près de lui alors que je veux juste le tabasser, expaspérant !
Mes pouvoirs psychiques ont dû se venger.

Hors ligne guizmo

Re : Rêve de geekon
« Réponse #685 le: avril 18, 2011, 16:45:46 pm »
euh le coup du pantalon  c'est dans le reve ou irl ?
Anicet :
La morale de l'histoire : ce n'est pas mal d'être mort de faim :).

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #686 le: avril 19, 2011, 16:38:16 pm »
Non c'était en rêve, IRL je lui en aurais piqué hein au pire, au lieu de me prendre le chou :p

Hors ligne Grom

Re : Rêve de geekon
« Réponse #687 le: avril 19, 2011, 17:09:30 pm »
cette nuit, j'ai rêvé d'un besoin irrépréssible de thé brulant. le plus chaud possible pour me réchauffer la gorge. et quand j'me suis réveillé, j'avais la gorge prise, comme si j'étais malade.
mais l'envie de thé a disparu, de même que le mal de gorge, très rapidement (quelques minutes)
le comic sans MS vaincra!

Hors ligne Mandoline

Re : Rêve de geekon
« Réponse #688 le: avril 20, 2011, 08:58:44 am »
Wowe! c'est presque mystique ton truc! :eek:

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #689 le: avril 20, 2011, 14:19:28 pm »
Ah, c'était pas sexuel alors ?