Auteur Sujet: Rêve de geekon  (Lu 121041 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Bastet

Re : Re : Rêve de geekon
« Réponse #90 le: décembre 30, 2008, 16:59:20 pm »
Moi dans mon rêve j'étais pote avec Merlin qui était un vieux pervers.

Un jour, y a une prophetie qui arrive et tout les grand personnage celtique , dieu et compagnie, reviennent sur terre. Et là Merlin me dit (parce que dans mon rêve Viviane était la fille de Merlin) " Aaaa ça veut dire que je vais enfin pouvoir baiser avec Viviane"

Un moment deux des perso mythique se battent, je les reconnais pas... enfin pas en temps que tel...je reconnais Dr Fatalis et La femme invisible, en robe longue et en chevaux...les deux.

Ils se battent avec les épées, Fatalis décapite Mlle Invisible. Musique d'ambiance et tout et tout... et là il tape du poing sur le sl et une horde d'araignée entre dans la tête de la femme invisible et l'anime. Et là je decide de ne pas regarder parce que je sais qu'il va faire des trucs sexuels avec cette tête....

Aprés y avait un rêve avec mon ex, un cake au saumon et du foie gras....


Maison le cake ?  :face:

(Sinon j'attends toujours le développement de pourquoi je suis un sociopathe, hein...)

Hors ligne guizmo

Re : Rêve de geekon
« Réponse #91 le: décembre 31, 2008, 00:29:37 am »
tu es fou fait comme moi et caches  au plus profond de ton etre ce que  tu es
en faisant le couillon
..............
Anicet :
La morale de l'histoire : ce n'est pas mal d'être mort de faim :).

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #92 le: décembre 31, 2008, 08:56:45 am »
Y'a pas de détails sur les interactions entre l'ex, le cake au saumon et le foie gras ? J'sens comme de la censure là. :p (bon d'accord, je vivrai sans les détails)
(sinon, c'est chouette que ce topic se réanime à grand coups de plein de rêves bizarres, continuez comme ça, j'm'en vais dormir pour contribuer.
mélophage, en direct du Cedar Groove Sanitarium (désolée pour l'OPA, j'y repasserai à l'occasion)
« Modifié: décembre 31, 2008, 09:02:46 am par mélophage »

Hors ligne VIK

Re : Rêve de geekon
« Réponse #93 le: décembre 31, 2008, 19:46:14 pm »
cake, saumon, foie. Je vais rester dans l'alimentaire:
cette nuit j'ai rêvé que j'étais garde du corps de l'actrice rousse qui joue le commissaire Julie Lescaut. Elle a fait la pub pour le jambon Madrange pur porc alors qu'elle travaille chez les Poulets. A la rigueur, j'aurais compris la logique d'une pub pour un saucisson gendarme...
Bah de toute façon, un ami flic m'avait dit que c'était n'importe quoi, comme série.

Vers la fin de mon rêve, je bouffais en tête à tête avec PPDA ( il a été déchu du gratin des VIP), à qui on arrachait le journal qu'il lisait à table parcequ'il n'y avait plus assez de menus pour les clients. Ce sur quoi il partait dans une colère noire en disant que le journal était compris dans le prix.

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #94 le: janvier 01, 2009, 03:21:03 am »
De mon côté...
Après quelques épisodes à la Silent Hill, je me retrouve dans un rêve aux airs moins horrifiques... Je suis une ado des années 80, avec la coupe d'époque (les gros tas de cheveux ondulés en vague énorme et coiffés impec'), et je m'appelle Roxy, même. Mon père m'enguirlande parce que je sors en dehors des heures autorisées, et, en bonne rebelle, j'hésite à lui expliquer que c'est pour sortir le chien et me mure finalement dans un silence boudeur : résultat prévisible, assignée à la maison. Je reste dans la salle à manger, la porte s'entrouvre... Et au lieu de mon père débarque une poupée en porcelaine, qui marche vers moi et me propose des frites. Parrallèlement, une voix off commence à commenter la scène, sur un ton assez docte, rappelant assez les films de prévention. La poupée me propose des frites, je réponds "pourquoi pas, c'est du sucré" en souriant (dans l'esprit du rêve, sucré regroupe lourd, gras, salé, la bouffe antidiététique quoi). Je commence à manger, la poupée s'assied je ne sais trop comment sur la gazinière -je la vois marcher mais pas sauter. L'instant d'après, je me retrouve assise sur la plaque chauffante juste à sa gauche (il y a 3 arrivées de gaz et une plaque). J'ai la taille qu'il faut pour cela, mais ça ne me surprend pas des masses. Je préfère m'amuser à mimer un découpage de la plaque avec le couteau de cuisine, d'un coup très grand. La poupée, elle, joue avec le gaz : elle tourne le bouton, le retourne dans l'autre sens... Ca semble au final assez organisé, et la voix off semble plus alarmante. La poupée craque une allumette et ziiiip le feu file droit sur moi, et je brûle tandis que la voix conclut "Si Roxy avait été sage, elle ne serait pas en train de brûler pendant que je sors de chez elle. (la partie en italique étant chuchotée).
Je étant le moi même IRL, avec mes fringues perraves et contemporaines itou, qui traverse effectivemment la pièce pour sortir. Puis là, j'me réveille, hein, ça a l'air dangereux dans le coin.

Hors ligne VIK

Re : Rêve de geekon
« Réponse #95 le: janvier 01, 2009, 12:48:11 pm »
ça c'est du rêve flippant ! Je l'aurai bien vu en film d'horreur bien gore pour en faire un film de prévention dans les écoles :
"Ne mangez pas de frites les vilains zenfants, car la pomme de terre a des yeux. Obéissez aveuglément ou vous brulerez en Enfer. "

Les rêves de 2009 vont battre des records, je le sens ...

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #96 le: janvier 01, 2009, 20:53:18 pm »
Ah ben j'en ai déjà un autre...
Pour aller de Paris vers Saint-Denis, il faut prendre le train, c'est comme ça... Me voici donc écoutant les annonces dans la gare. La préposée aux annonces donne les horaires de deux trains, aucun ne m'intéresse... Puis entame une loghorrée, en criant presque, où elle se demande pourquoi elle continue à faire ses annonces puisque de toute façon tout le monde s'en fout et personne ne l'écoute. Comme elle se trouve dans un guichet, je tente d'aller lui expliquer que moi, ça m'intéresse, surtout le train pour Saint-Denis, mais la sécurité arrive avant moi.
Le temps que tout ça se rétablisse, je vais trainer dans les étages : oui, la gare est immense, elle a un resto en haut, des magasins plus bas... Le resto est fabuleux : ce qu'il faut de tables pour les clients, et, partout ailleurs, des pizzas : des pizzas immenses, de toutes sortes,  sur des rehaussements intégrés au bâtiment... Il y en a jusque sur les murs. Très faciles à piquer en plus : pour attendre plus sereinement, j'en mange une part, et redescends une deuxième en main.
Une alerte se déclenche, sans alarme : un homme, sécurité sans doute, utilise les annonces de la gare pour nous prévenir d'une possible anormalité, dangereuse peut-être. Un certain affollement à l'intérieur, d'autant qu'on nous demande rapidement de ne pas sortir, pour notre sécurité. Un petit mec roux (qui ressemble au roux des Lonegunemen d'X Files) qui bosse au magasin fait tout de même du zêle, je vois qu'il meurt d'envie de vérifier que je n'emmêne rien subrepticement : ma part de pizza illégale à la main, je lui annonce donc, tout sourire, qu'il peut me fouiller s'il le juge nécessaire -je sens que ça lui permettra de rester un tantinet calme. Peu de temps après, la menace se précise : une possible attaque au gaz, d'un type ancien et inconnu... Peut-être ça qui a rendu l'"annonceuse" étrange. Toujours est-il que tout restant calme, on nous autorise à retourner sur les quais : tension palpable, on frise la panique quand du ciel tombent... Des flocons de neige. Comme ils semblent sans nul effet, la foule se calme très vaguement, le doute subsistant néanmoins.

De là, je dois renoncer à rentrer, parce  que je deviens l'agent Mulder. J'ai de quoi faire, notamment parce que le personnage dessiné sur une affiche, et muni d'un couteau (une pub quelconque de viandes bouchères) commence à lacérer celle-ci, de l'intérieur donc. Et ce n'est pas le seul "affiché" à s'animer... Toujours est-il que je gère cela comme je peux, et pas trop mal. Peut_être à cause de mes ressources insoupçonnées... Par un processus mental simple, je peux passer de cette dimensions à d'autres, du même monde : dans la seconde, le temps est arrêté, et la plupart des objets, maisons, etc sont identiques, comme en série ; quant à la dernière, c'est une espèce de monde flou sépia et blanc... Je ne sais pas lequel des trois "plans" est le plus réél, s'il y en a un. En tout cas, Skinner et Scully peuvent faire de même, pour la bonne raison que nous sommes tous trois des extra-terrestres, oui monsieur, des vrais (quelle meilleure couverture qu'une série sur les méchants E.T. ?).
J'habite dans l'appart que j'occupe réellement, mais en colloc avec trois filles (que je connais / ai connu aussi IRL). Quand une insoutenable lumière blanche, accompagnée d'un vent violent et étrange qui tire le bas des fenêtres vers l'extérieur, sans les casser (la fenêtre étant fermée), bref, quand tout cela déferle dans la chambre, elles y sont toutes les trois, moi dans la salle de jeux videos -épargnée tant qu'on garde la porte close ND : je n'accepterai aucune critique des Dénonciateurs de Stéréotypes Onirico-Sexistes, ces trois nanas là ne sont vraiment pas fans d'ordis. Après quelques minutes, me doutant bien que c'est moi qu'ils "veulent", et que mes collocataires doivent être un chouïa affolées, je sors de mon refuge et les trouve blotties, à parler de vie, de mort, du môme qu'elle voudrait voir naitre pour la troisième Vade Retro Dénonciateur des Stéréotypes etc, j'ai une très bonne explication. Je tente brêvement de les rassurer, et entame la communication avec mes congénères, histoire de résoudre le problème... Effectivemment, ils sont là pour moi : je suis inculpé de plusieurs crimes, dont, principalement "affection pour la race esclave/sujet d'étude" (la nuance n'est pas très claire).
Ce qui n'est pas faux, en témoigne mes dernières pensées concernant les lésions cérébrales générées par l'effacement de la mémoire de mes trois compagnes d'appart', et le moyen de l'éviter...
Ensuite, mon vrai colloc me réveille vilement avant le procès, alors faut inventer la fin, ou accepter celle-ci.

Hors ligne Moriar

  • Commissaire divisionnaire
  • Encyclopédie ambulante
  • *****
  • Présentation de Moriar

  • Messages: 786
  • Fabricati Voluptatem Connardus
Re : Rêve de geekon
« Réponse #97 le: janvier 01, 2009, 21:49:42 pm »
Ils ont Internet aux urgences psy ? O_o

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #98 le: janvier 02, 2009, 04:22:06 am »
C'est bien la peine que je raconte que les moins thrash, je suis démasquée malgré tout. Damn !

Hors ligne mélophage

La balle qui rebondit (après j'arrête de monologuer ici, que les autres bossent)
« Réponse #99 le: janvier 02, 2009, 11:54:57 am »
Je viens de lire les premières pages du topic... Et j'ai une question de curiosité pour ceux d'entre vous qui rêvent qu'ils se réveillent, mais continuent à rêver : ça vous est arrivé de vous dire "Je suis sorti(e) du rêve, mais je ne suis pas réveillé(e)... Comme je ne suis plus dans le rêve, si je meurs, je meurs rééllement, et je peux rester coincé(e) ici pour toujours" (ou des trucs approchant)?

Hors ligne VIK

Re : Rêve de geekon
« Réponse #100 le: janvier 02, 2009, 12:42:20 pm »
Citer
"Je suis sorti(e) du rêve, mais je ne suis pas réveillé(e)... Comme je ne suis plus dans le rêve, si je meurs, je meurs rééllement, et je peux rester coincé(e) ici pour toujours"
=> pas exactement. Comme trucs approchants :

Quand j'étais petit et en cas de cauchemards, à la fin je rêvais que j'avais un bouton électronique dans la main gauche. Il suffisait d'appuyer dessus pour quitter le cauchemard en cas d'urgence. Et ça marchait. J'essayais de repousser le moment fatidique, mais quand ça devenait trop flippant j'appuyai, et je me réveillais. Cela a du m'arriver sur une demi-douzaine de rêves différents. Après, quand j'étais ado, les boutons n'étaient plus électroniques , pas au même endroit, et étaient bien réels. ;)


L'expérience la plus curieuse que j'ai eu, c'était lors d'une sieste. Peut-être ai-je eu une montée de fièvre brutale mais je ne le saurais sans doute jamais. J'ai rêvé que j'essayais de m'endormir , pour cette même sieste et dans le même lit, mais qu' il y avait un blème : mon cerveau flottait (genre ivresse) jusqu'à sortir de mon corps en lévitant très lentement en direction du plafond. J'avais la sensation d'un glaçon dans un verre qui remonte à la surface:

Puis tout mon corps est allé vers le plafond, a regardé mon vrai corps qui dormait, puis l'a réintégré, et je me suis réveillé toujours dans le même lit. Une vraie expérience paranormale, mais rêvée. Je n'étais pas alcoolisé, et je ne prend jamais de drogues. Par contre j'ai eu la sensation très nette que si je ne réintégrais pas le corps rapidement, mon cerveau pouvait dériver je ne sais-où.
2 LIVRES de SF de Philip.K.DICK traitent exactement de tes 2 questions :

1) "le Dieu venu du Centaure" : où le héros sous l'emprise d'une drogue E.T. rêve qu'il se réveille, mais n'est pas sorti du rêve : il est donc coincé dans des cascades de rêves.
2) "Ubick" : là le risque est véritablement mortel. On ne sait pas si on rêve ou si c'est le purgatoire.

(3) ("l'Oeil dans le Ciel" est marrant aussi et est intéressant pour les rôlistes. C'était comme le film Excitenz mais bien avant.)

Hors ligne Merriman

Re : Rêve de geekon
« Réponse #101 le: janvier 02, 2009, 15:34:46 pm »
Je viens de lire les premières pages du topic... Et j'ai une question de curiosité pour ceux d'entre vous qui rêvent qu'ils se réveillent, mais continuent à rêver : ça vous est arrivé de vous dire "Je suis sorti(e) du rêve, mais je ne suis pas réveillé(e)... Comme je ne suis plus dans le rêve, si je meurs, je meurs rééllement, et je peux rester coincé(e) ici pour toujours" (ou des trucs approchant)?

Non... En revanche, j'ai déjà eu des raisonnements bizarres, genre "Hmm... Je sais que je suis dans un rêve, mais... Comment ça marche, déjà, le rapport entre rêve et réalité? Je crois bien qu'il y a des interactions... Alors, il faut que je prenne le temps de faire certains trucs dans ce rêve (comme ouvrir telle porte), sinon, je ne pourrai jamais ouvrir la porte une fois revenu dans la réalité..." :suspect:

Allez, mon rêve de cette nuit (il y avait des Opaliens dedans... je commence à craindre pour ma santé mentale):

Je suis dans le salon de ma grand-mère maternelle. Il y a mon père qui est couché sur un lit, il a l'air mal en point (IRL, mon père a cassé sa pipe quand j'avais 20 ans). Il y a aussi d'autres gens, leurs identités sont indistinctes. La barbe de mon père a poussé, elle est hirsute. Il essaie de me parler, mais il n'émet que des borborygmes: ça doit être son cancer de la gorge. Au bout d'un moment, je comprends qu'il voudrait que je le rase.
Bizarrement, je suis très ému. Je lui dis que s'il n'a plus de barbe, j'aurai l'impression qu'il n'est plus mon père. Il pleure un peu, mais finalement, on se met d'accord sur un compromis: je ne le raserai pas, mais j'accomplirai une mission qu'il va me confier.

Après, je suis dans le salon de ma grand-mère paternelle cette fois. On est plusieurs, assis sur le sol, au milieu des chaises. On est en train de jouer avec plein de petits trucs, comme si on était tous bébés. A certains moments, on range certains des petits objets qu'on manipule. Donc, il semblerait qu'il y a une tâche à accomplir, mais on prend notre temps. Il y a Mélophage qui ne comprend rien et s'échine à rassembler de petits bouts de métal allongés, qui à mon avis ne servent à rien (désolé, Claire). Pour lui faire plaisir, j'en ramasse quand même un et je lui tends. Finalement, on a tout rangé. On part, sous la neige.

On arrive dans un grand bâtiment, et là je comprends ce qu'on a rassemblé: c'est le matériel d'un immense jeu de plateau, qu'on commence à installer. Ca a l'air d'une sorte de Civilisation puissance 10: le plateau est énorme, il s'étend sur plusieurs salles. On joue, il y a plein de monde. Le joueur qui fait Rome (je ne sais pas qui c'est) finit par conquérir lhégémonie, il a une armée de dingue, on n'a plus aucune chance. Mais il jette 3 D6 et obtient 19 (je passe du temps à essayer de calculer la probabilité de ce résultat): le jeu bascule, on a une chance maintenant! Une énorme offensive collective se monte contre lui, plus ou moins dirigée par le Zakhan. Au bout d'un moment, un mec se ramène et je sais que c'est Darkevil (IRL, je ne le connais pas): il fait des grandes phrases pour dire "Jeunes présomptueux, jamais vous ne viendrez à bout de Rome sans...? (là, il mentionne un truc assez pointu, que je ne connais pas)". Mais le Zakhan, qui est de train de mettre la dernière main à notre attaque collective et a l'air surexcité répond: "Mais non, mais non, on s'en fout de ton truc, ça passe, ça passe!". Et on attaque!

Et là, avec le genre de transitions des rêves, ce n'est plus un jdp, on est en train d'attaquer Rome pour de bon! Elle est immenser, pas du tout à taille humaine, elle a l'air d'avoir été conçue par Druillet... On porte un immense bélier: deux charges et les portes s'écroulent! On se rue à l'intérieur, et là, il semblerait qu'on a des super-pouvoirs, parce qu'on est tous en train de faire des bonds de géant ou de voler! Rome est magnifique, il y a plein de détails incroyables, et de nombreuses têtes d'animaux sculptées, des lions, des béliers...
J'exulte, je n'arrête pas de hurler: "Merde, on est train de mettre Rome à sac! On est en train de mettre Rome à sac!".
Je me dis qu'Alaric doit être là, je me demande si je vais le voir.
I was walking about in Cambridge and passed a bookshop, and in the window were portraits of Russell, Freud and Einstein. A little further on, in a music shop, I saw portraits of Beethoven, Schubert and Chopin. Comparing these portraits, I felt intensely the terrible degeneration that had come over the human spirit in the course of only a hundred years.

Wittgenstein

Hors ligne VIK

Re : Rêve de geekon
« Réponse #102 le: janvier 02, 2009, 16:20:02 pm »
La partie du rêve sur le jeu et sur Rome est extraordinaire !
Tu sais qu'il y a eu un tremblement de terre à Rome cette nuit ?!







Bon ce n'est pas vrai, (en tout cas ce n'est pas encore officiel...)

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #103 le: janvier 03, 2009, 00:05:29 am »
Sois pas désolé Merri, j'ai dû entrer dans ton rêve pour réaliser un de mes plans machiavéliques... Ou alors pour tenter d'en ramener des objets, je fais souvent ça (le résultat est très frustrant...), vu que j'adore les bouts de métal...

Sinon c'est drôle, j'ai déjà vu mon corps d'en haut aussi (mais je voyais de l'extérieur mon "ectoplasme" qui regardait mon corps physique). Ca doit être hum flippant dans les cauchemars, les intéractions type "je dois ouvrir cette porte"...

Tiens un autre truc onirique bizarre : à 17 ans grosso modo, trainée par ma mère en vacances, je dors tranquillement dans le grenier (j'adore le grenier de cette baraque), je l'entends m'appeler, me réveille : je suis atrocement fatiguée, impossible de garder les yeux ouverts, difficile de bouger... Je les ferme, et continue à voir : sauf que des ombres humanoïdes glissent vers le lit, lentement... Morte de peur, je rouvre les yeux, même état... Je ne peux pas résister longtemps, les ferme encore : les ombres s'approchent, glissent jusqu'à moi (elles suivent les reliefs de la pièce), me saisissent et commencent à me trainer ; dès que j'ouvre les yeux, je suis dans mon lit, mais quand je les referme, je me trouve là où elles me trainaient quand je les ai ouverts ; en fond, j'entends ma mère m'engueuler. Au final, avant le réveil véritable, les ombres m'avaient trainée jusqu'au bas de l'escalier.
Et, surtout, quand je suis descendue, ma mère m'a effectivemment bien enguirlandée : ça faisait 1/2 h qu'elle m'appelait pour le repas.

Déjà eu de telles expériences ?

PS : j'suis là pour ramasser des bouts qui servent à rien, ok, mais pour prendre Rome j'y suis aussi ? Parce que bon, c'est la meilleure part.

Hors ligne VIK

Re : Rêve de geekon
« Réponse #104 le: janvier 03, 2009, 15:11:58 pm »
Citer
Et, surtout, quand je suis descendue, ma mère m'a effectivemment bien enguirlandée : ça faisait 1/2 h qu'elle m'appelait pour le repas.

Déjà eu de telles expériences ?

=> Oh oui mais ça doit remonter à très très loin.  ;D
Sinon ton histoire fait penser à du somnambulisme, avec rêve associé. Etrange le coup des ombres. Je n'ai jamais expérimenté ça.