Auteur Sujet: Rêve de geekon  (Lu 115057 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #540 le: septembre 19, 2010, 14:18:16 pm »
J'ai un sachet de maïs à pop-corn-à-préparer-chez-soi qui ne sert pas, si tu veux (et un rêve non-rédigé en attente, que je peux même narrer face à face).


Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #542 le: septembre 19, 2010, 22:55:27 pm »
Mon rêve commence par un remake de la scène d'introduction du Radeau, de Stephen KING :
(cliquez pour montrer/cacher)
Les choses se déroulent un peu différemment : les jeunes gens sont en barque, et la nappe d'eau, parfaitement lisse, se situe dans un souterrain, se substituant d'un coup à un sol bétonné. La "chose" flottant vers eux ressemble à une méduse, dont les couleurs iridescentes ondoient lentement, au rythme de son avancée... Je n'incarne aucun personnage en particulier, mais ressens intimement la peur du garçon qui, l'apercevant, se sent aussitôt menacé, pénétré par l'idée qu'elle va les dévorer.

La suite du rêve, quoique sans rapport, se déroule encore dans ce souterrain.
Ce dernier se trouve divisé en deux parties, séparées par une immense barrière où s'ouvre un large et haut portail, composé de barreaux massifs et, à presque deux mètres de haut, d'une forme semi-elliptique, elle aussi bardée de barreaux, mais pouvant s'entrouvrir (ce qui aura son importance).
Impossible de passer par-dessus : là encore, des barreaux s'élèvent. Le portail ne peut s'ouvrir ou se verrouiller que d'un seul côté, où je me trouve.
Sur ce côté-ci, une salle s'étend à perte de vue, hérissée, à intervalles réguliers, de grands portiques de fer ou d'acier. Certains sont "nus", d'autres dotés d'éléments divers, toujours pensés pour entraver, lier, suspendre... Tous s'élèvent à plus de deux mètres.
Nulle couleur, que des tons de gris, nulle matière autre que du béton et des métaux. La lumière est atone et faible ; je vois néanmoins très convenablement.

Je refuse l'entrée à une jeune femme brune, qui veut rejoindre son amant, et, pour changer, ressemble à la fille de Lost Boys... Elle tente de passer par le "soupirail" semi-elliptique, mais je l'en empêche d'autant plus aisément que l'ouverture n'étant pas très large, elle ne peut se mouvoir très vite.
La rapidité de son escalade le long du portail, en revanche, témoigne d'une agilité peu commune.
Elle m'adresse des rictus rageurs, montrant les dents, visage déformé, soufflant comme un chat en colère...

Quelques temps plus tard, me voici de "l'autre côté" : un couloir en "n", de petites pièces le long des murs, et, aux angles, des escaliers raides.
L'amant de la jeune femme, non-moins hors-de-lui qu'elle, parcourt couloir et pièces, possédé d'une telle frénésie qu'il ne contrôle plus sa célérité : je ne vois de lui qu'un corps flou, réalisant le même trajet, et, de la penderie où, par jeu -non par peur, je me suis cachée, je peux sentir sa rage, son désir de me mettre en pièces. Pour donner une idée, sa vitesse équivaut au niveau 4 ou 5 de la discipline Célérité de Vampire : the masquerade. La chemise bleu clair que j'écarte pour mieux le voir constitue, par ailleurs, la seule touche de couleur.

(cliquez pour montrer/cacher)
La dégringolade terminée, je tiens toujours son corps, un peu cabossé et vaguement tordu, sans dommage sérieux : comme je m'en doutais, l'homme est un vampire. En étant moi aussi, je n'ai subi aucune blessure.

Sans transition, me voici face à une civière entourée de trois infirmiers (deux d'entre eux la portent). Une jeune fille rousse aux cheveux courts, belle mais malingre, voire anémique, est étendue, presque inconsciente. Sans mot dire, je m'approche, lui prend les poignets, les tourne entre mes doigts, examine son visage. Les trois hommes ne bougent ni ne parlent, mais je sens leur hostilité.
Mon diagnostic bien établi, je m'adresse à eux : cette jeune fille est dans un état de malnutrition avancée, et ne peut y survivre qu'en ingurgitant du sang vampirique.
Je passe mes ongles sur mon poignet, d'un geste lent et sans équivoque, et attends, sans mot dire, que les trois infirmiers résolvent leur dilemme : je sais qu'ils sont tous membre d'un ordre religieux, qu'à ce titre, pour eux, les vampires et leur sang sont des agents du Mal.
Patiente, impassible, je les dévisage, et, du même coup, me vois de l'extérieur, à travers leur regard : une belle jeune femme aux cheveux roux, impeccablement attachés ; les traits réguliers, quoique pâle, j'ai l'air vif et en pleine santé.

Le rêve se termine sur cette scène, ou mue de nouveau.




   

Hors ligne guizmo

Re : Rêve de geekon
« Réponse #543 le: septembre 20, 2010, 20:40:56 pm »
et tu n'as jamais pensée a aller consulter mando ?
parce que tes reves ils sont quand meme un peu  ............ curieux
Anicet :
La morale de l'histoire : ce n'est pas mal d'être mort de faim :).

Hors ligne esprism

Re : Rêve de geekon
« Réponse #544 le: septembre 20, 2010, 21:10:20 pm »
Bah disons plutôt qu'ils sont "de genre" comme les films :p ...

J'ai bien envie d'écrire les miens aussi mais ça demande tellement de boulot pour les traduire que j'ai pas le temps ... me reste plus qu'à attendre les plus simples à écrire ^^
Je peux faire une analyse structurelle ?

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #545 le: septembre 21, 2010, 05:23:31 am »
guizmo > C'est vrai que c'est toujours un peu perturbant, le cul hétérosexuel. Moi aussi ça m'a fait bizarre. Mais j'assume, à présent.

esprism > Tsss. Aveu tes rêves !

Hors ligne guizmo

Re : Re : Rêve de geekon
« Réponse #546 le: septembre 21, 2010, 09:46:34 am »
guizmo > C'est vrai que c'est toujours un peu perturbant, le cul hétérosexuel. Moi aussi ça m'a fait bizarre. Mais j'assume, à présent.
et que le sexe me semble fade sans une once de brutalité

euh oui oui  on va dire ca

Hors ligne Darkevil

Re : Re : Rêve de geekon
« Réponse #547 le: septembre 21, 2010, 17:09:06 pm »
Citation de: guizmo
et tu n'as jamais pensée a aller consulter mando ?
parce que tes reves ils sont quand meme un peu  ............ curieux
Personnellement, je trouve çà un peu Lynchien de vivre par procuration les rêves du gnome-troll...
Il y a n bordel là dedans, mais çà reste quand même kitschissme et un tantinet snobinet! :face:

Allez attaque, le gnome-troll, je sais que tu as faim, maintenant!!!  :face:
Doktor ès PsyKiatry, O.P.A DireKtor
It's Good to Be Bad
Evil it's Good

Tiocfaidh ár lá

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #548 le: septembre 21, 2010, 22:22:29 pm »
Bah, je vois pas pourquoi je t'attaquerai : j'ai pas de goût IRL (métaphoriquement, hein, je suis pleine de bon sang tiède sinon) ; en conséquence, je ne vois pas pourquoi j'en aurai dans mes rêves.
J'ai toujours faim, par contre ! (Gnap, Gnap!)

Sinon, le 19/20, je faisais partie d'une nuée de spores lumineuses, ou d'insectes luisants, qui flottait au dessus d'un pré d'herbes hautes et de fleurs, sur une grande colline.
Après nous être assurés, en les dominant psychiquement, que les humains habitant l'endroit prendront soin des plantes de ce lieu (indispensable à notre reproduction), nous entamons notre migration annuelle ; en mouvement, nous ressemblons à de petites flèches de lumière.
Nous formons deux groupes, les jeunes et les "autres" ayant des destinations distinctes. Appartenant au groupe des jeunes, je décide, au dernier moment, de filer vers l'autre ; finalement, je crois que je reste sur place, faute d'être assez rapide.


Plus tard, en tout cas, je suis un garçon de 9 ou 10 ans. Avec quelques autres enfants, je marche dans l'une des rues de Silent Hill (celle avec le barbier, je crois). Les façades sont toutes accolées, sans interstice ; je ne peux pas voir à travers les fenêtres, et toutes les portes sont fermées.
Des ouvriers, sur des échelles pour la plupart, repeignent et restaurent les maisons (ou, plutôt, les façades). Aucun ne semble nous remarquer, et, convaincu qu'ils sont des acteurs, j'admire la qualité de leur jeu et l'immersion ainsi provoquée : j'ai l'impression d'être un fantôme.

Je suis toujours, apparemment, la spore-insecte que j'étais : en tout cas, le désir me prend de rejoindre la nuée.
Pour m'envoler, et entamer ma migration, je dois me trouver en hauteur ; j'entre donc dans l'une des maisons. L'intérieur est nu, gris, désaffecté, sale et recouvert de poussière.
Montant à l'étage, je me glisse dans l'ouverture de la fenêtre, à peine assez grande pour que mon corps passe ; au même moment, un acteur/ouvrier déboule dans la pièce, court vers moi. Je comprends qu'il croit que je veux me tuer, et, l'instant d'après, sens ses mains agripper mes jambes. Dehors, une campagne boisée, luxuriante et douce.
Je hurle et me débat, lutte de toutes mes forces contre son emprise, mais ne parviens pas à me dégager.


La prochaine fois, je m'incarnerai en Hercule, Xéna ou Artémis. C'est weak, un gosse. Pire qu'un hobbit côté caracs.

PS : quelqu'un sait si "assuré(s)" s'accorde, dans "nous être assuré(s)"? J'ai comme un doute.
« Modifié: septembre 21, 2010, 22:27:43 pm par mélophage »

Hors ligne esprism

Re : Rêve de geekon
« Réponse #549 le: septembre 21, 2010, 23:20:33 pm »
Tiens ça me rappelle le plus beau trip de ma vie :)

j'étais bien sous l'eau ... sauf que des gens ont essayer de retirer de l'eau ... là ou j'étais si bien, si serein ....

je me suis débattu comme un diable (et bon, à l'époque j'étais vraiment sportif... ha ouai je sais ça surprend :P)

Après dans la réalité .... j'étais dans un camion de pompier en direction de l'hôpital avec trois pompiers pour essayer de me tenir parce que j'étais vraiment en train de me débattre. Heureusement qu'une gentille et jolie jeune femme à réussi à me calmer ;) mais bon je pense que j'ai capté que sa voix sur le moment ... dommage j'en ai aucun souvenir, juste une vague sensation outrageusement fuyante

Sinon, ya pas à dire, l'asphyxie c'est mieux que tous les psychotropes que j'ai déjà absorbé :D

Par contre le début de noyade ça calme niveau descente ... j'ai mis une semaine avant de pouvoir monter un étage sans devoir m'arrêter en route.

Hors ligne Nocker

Re : Rêve de geekon
« Réponse #550 le: septembre 22, 2010, 09:55:07 am »
Y'a pas à dire, je préfère les récits de faits réels. Ils sont tellement plus forts. :eek:

Merci esprism  :)
Le meilleur conseil aux rôlistes, par John Wick.
L'Atelier du JdR, c'est chaque mois aux Caves Alliées, pour découvrir le JdR indépendant et innovant.

Hors ligne Grom

Re : Rêve de geekon
« Réponse #551 le: septembre 22, 2010, 10:32:50 am »
ya une ou deux nuits de ça, j'étais dans une classe, avec d'autres gens, on apprenait des mots. pas une langue étrangère, juste des mots en français.
et là, on m'a présenté un mot tellement horrible, tellement terrifiant, que j'ai quitté la classe en courant.
le mot si terrible, était
(cliquez pour montrer/cacher)
le comic sans MS vaincra!

Hors ligne FreeKaos

Re : Rêve de geekon
« Réponse #552 le: septembre 23, 2010, 00:07:09 am »
@ Grom : aaaaaahhhhhh mais pourquoi j'ai cliqué !!! Tu me files l'adresse du psy que tu n'as pas manqué de consulter après ce rêve ?^^"
Ambre Pbf  Ignorance ou Indifférence? Ch'ais pas & m'en Fou !
(Be the space within, be nothing.. don't care, still Free, can't stop signal..)
(cliquez pour montrer/cacher)

Hors ligne mélophage

Re : Rêve de geekon
« Réponse #553 le: octobre 09, 2010, 15:01:24 pm »
Hier, j'ai tenté d'arrêter un type qui me poursuivait tandis que je montais une tour, située dans le métro : j'ai d'abord balancé une statue antique, représentant un philosophe barbu, sur sa gueule.
Comme je l'avais manqué, j'ai tenté de le déloger en pliant la tour, afin de descendre jusqu'à son étage, et, toujours accrochée à la rambarde, de le balancer dans le vide.

Merriman était là, je ne sais pas trop pourquoi.



Cette nuit, le peuple de Melun fut exterminé par des extra-terrestre, qui y déclenchèrent une apocalypse curieusement discrète. M'apercevant de leurs manigances, je tentai de les combattre, ce qui aboutit à l'inévitable scène où le héros, braqué par les flingues des méchants (sous leur "forme humaine", les tient en respect avec son arme-à-lui-tout-seul.
J'avais trouvé un bazooka, ce qui s'est avéré plutôt impressionnant. Même si, n'étant qu'à quelques mètres d'eux, je serais sans doute morte si j'en avais usé ; et que, par ailleurs, je ne savais pas trop comment il fonctionnait.

Au final, je n'ai pu éviter l'éradication des braves melunais, et me suis donc retrouvée seule parmi les vils envahisseurs, qui, déguisés en humains pour tromper l'extérieur, se reconnaissaient via leurs cols simples et deux petits noeuds bleu-marine au niveau des dits cols. la notion de col simple me paraissait évidente dans ce rêve. Le col en question correspond plutôt à un décolleté "fendu", situé juste assez haut pour cacher les seins.
J'avais quelques problèmes de passing, le bouton de mon col s'avérant trop complexe.

Ayant réussi à quitter Melun, j'ai bien tenté de prévenir mes compatriotes, mais ça ne fut pas, a priori, très efficace.

Hors ligne guizmo

Re : Rêve de geekon
« Réponse #554 le: octobre 17, 2010, 16:21:09 pm »
cette nuit j'ai révé que je fesais une course de politicien j'explique
on prend deux politicien  aux choix
on les mets nue a 4 pattes
on leur mets une torche a flamme rouge dans le c..  on les allume
et le premier qui passe l'arrivée  on  eteind la torche avant que ca le crame
super reve en fait je me suis levé tres detendu
 :face: