Auteur Sujet: Sombre  (Lu 76528 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #675 le: mars 04, 2020, 13:44:23 pm »
Hello Dragon,


Merci pour tes bons mots.


Je pense qu'un "vrai" jeu de rôle ne se mesure pas au nombre de pages du (ou des) livrets de jeu.

Je pense aussi. Quand j'emploie l'expression vrai jeu de rôle avec vrai entre guillemets, je suis ironique. C'est en fait un running gag qui court depuis l'édito de Sombre 5.


Citer
il y a des jeux, comme Sombre, qui innovent
/.../
Quant à qualifier Sombre de "nouvelle vague"

La question de l'innovation est, entre autres choses, le sujet d'un article que je viens de boucler pour le prochain numéro de Sombre. J'en parlerai bientôt ici même.


Citer
Concernant Sombre, il a tout à fait sa place dans le panthéon des jeux de rôle.

Merci pour le compliment, il m'enduit de plaisir. Ça chatouille.


Citer
Et la prochaine fois que je te ramène en voiture, je compte sur toi pour me donner des conseils et m'expliquer comment tu es arrivé à créer un éditeur de carrure internationale et à attirer le regard de tous les investisseurs du CAC40 et d'ailleurs.

Working on it ! ^^
+ Découvrir Sombre
+ Soutenir le jeu sur Tipeee
+ Consulter mon planning de démos
+ Commander des numéros de la revue

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #676 le: mars 04, 2020, 13:59:27 pm »
Bilan Sombre - épisode 3 / 11





Previously : presque dix ans que je trime sur la revue Sombre et m'efforce de maintenir la barre aussi haut que possible. Du gros taf, que je pense faire de mieux en mieux.


*


Si la revue s'améliore, pourquoi donc les ventes se cassent-elles la margoulette ? Ce n'est pas faute d'avoir fait de gros efforts de variété : des zombies, du conte de fées noir, du slasher, de la science-fiction, des rednecks, de l'horreur gothique, du drama dark, des actioners horrifiques, du jeu de cartes pas à collectionner. You name it. J'ai également bossé l'accessibilité. Un système simplifié pour les débutants, et un numéro spécial jeu en famille. Rendez-vous compte, j'ai publié un scénario pour les enfants de 7 ans ! J'ai aussi pensé aux hardcore rôlistes. Deux numéros dédiés aux actioners horrifiques, sous-genre plus proche de la pratique dominante du hobby, et un consacré aux campagnes. Même deux fois du Cthulhu, dans Sombre 2 et 9. Plus commercial, tu meurs.

Et cela ne m'a pas coûté. Je veux dire que je n'ai pas eu l'impression de vendre mon âme au grand capital en publiant tous ces trucs. En vrai, j'ai kiffé ma race. Sombre m'a entraîné sur des territoires ludiques dans lesquels je n'imaginais pas m'aventurer un jour, et ce ne fut que du bonheur. Mon avis est qu'avec tout cela, la revue est aujourd'hui aussi appétante qu'elle le sera jamais.

Pourtant, les ventes diminuent quand même. Tropinjuste ? Je ne crois pas. C'est dans l'ordre des choses. Comme je l'écrivais hier, je m'attendais dès le départ à ce que leur courbe soit en cloche. L'explication ? De mon point de vue, il y en a plusieurs. En premier lieu, la saturation. J'ai écoulé un bon petit paquet de zines depuis 2011, et mon marché n'est pas extensible à l'infini. Il me reste sans doute des rôlistes à conquérir, mais j'en ai aussi rassasié pas mal.

En francophonie, le jeu de rôle d'horreur est un petit segment du marché ludique, largement dominé par Gros Toulou. Sombre existe depuis toujours en marge du Grand Ancien. Ça pour le coup, c'est structurel. Si on considère que Cthulhu est le Coca Cola du jdr horrifique, le produit que tout le monde aime et consomme, je n'ai pas inventé Pepsi, un produit tellement similaire que tout le monde pourrait également l'aimer et le consommer. J'ai mis sur le marché un petit soda acide qui t'arrache la gueule. Il y a des gens pour kiffer, mais ce ne sera jamais un produit de grande consommation.

Alors oui, j'ai mis un peu de sucre dedans et sorti tout un tas de variétés, mais je n'ai pas l'intention d'aller plus loin. En dépit de mes incursions sur les terres lovecraftiennes, il n'y aura pas de Sombre goût Pepsi. Comme je le disais, ouvrir le jeu ne m'a pas coûté. J'avais envie de le faire et suis content d'y être parvenu. Mais si l'expérience des conventions nous a enrichis, Sombre et moi, il n'en demeure pas moins que nous campons fermement sur nos fondamentaux. Nous, on aime la trve horror cinématographique.


La suite demain.

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #677 le: mars 05, 2020, 14:34:39 pm »
Bilan Sombre - épisode 4 / 11





Previously : près de dix ans que je trime sur la revue Sombre. Mais aussi varié et riche soit-il désormais, mon jeu reste pointu, ce qui limite de facto son public.


*


Je n'ai aucun moyen de savoir combien de rôlistes francophones s'intéressent ou pourraient s'intéresser à Sombre, mais en près de dix ans, je pense avoir touché une fraction non négligeable de mon public potentiel. Sur le tas, une bonne partie est rassasiée de mon jeu.

+ Il y a ceux qui ont acheté en croyant qu'ils aimeraient, mais en fait non.

+ Il y a ceux qui aiment et sont parfaitement satisfaits de posséder un ou plusieurs zines dans leur ludothèque, soit qu'ils n'aient acheté que pour lire un peu, soit qu'ils jouent avec, mais ne ressentent pas le besoin de plus parce qu'ils ne sortent le jeu que pour une partie de temps à autre.

+ Et il y a enfin ces meneurs qui se contentent de peu parce qu'ils ont vite trouvé le Sombre qui est en eux, et ne voient donc pas d'intérêt à ce que je continue à leur expliquer le mien.

Tous ces profils existent dans la vraie vie. Je ne théorise rien, je ne parle que de gens avec qui je discute à chaque convention. Sauf la première catégorie (ceux qui n'ont pas aimé), ils constituent une fraction importante des fans de Sombre, mais ne font plus partie de ses clients. Mes nouveautés leur en touchent une sans déranger l'autre.

Ce n'est pas tout. Plus que tout autre, un phénomène freine les ventes de Sombre : l'usure de la routine. À l'automne dernier, lorsque Steve J a annoncé la sortie de Sombre HS4 à l'antenne de Radio Rôliste, l'un de ses coanimateurs lui a demandé « Il y a combien de Sombre maintenant ? J'avoue que j'ai perdu le fil ».

Je me souviens des premiers temps de la revue, chaque sortie était un petit événement. Toutes proportions gardées, hein. Je ne sabrais pas le champagne ni ne chantais « Tout nu, tout bronzé » en string sur mon bureau, mais quand même. Il y avait une petite ébullition sur le Net et dans la vraie vie.

Aujourd'hui, après treize numéros, c'est devenu business as usual. Les hardcore fans trépignent toujours, ce qui est top cool (je vous kiffe, les gens). Le reste du monde rôliste est très largement indifférent, ce qui n'aide pas à faire le buzz et maintenir les ventes.

J'avoue que c'est un peu difficile à vivre. Pas l'indifférence en elle-même bien sûr, qui est naturelle et attendue. J'ai suffisamment d'expérience de l'écriture pour savoir qu'on ne peut carrément pas plaire à tout le monde, et que tout ce qui dure finit invariablement par lasser. Ce qui me plombe le moral, c'est qu'il s'agit du résultat d'un travail acharné. L'effet de routine est le produit de ma régularité, qui elle-même s'appuie sur une énorme quantité de taf.

Du point de vue de l'auteur, un numéro de Sombre est tout sauf business as usual. Cela me demande une organisation et une énergie colossales. Alors que côté public, au bout d'un moment, c'est juste un zine de plus. Tropinjuste ? Pour le coup, ouais. Mais c'est la vie de créatif.


La suite demain.

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #678 le: mars 06, 2020, 15:54:02 pm »
Bilan Sombre - épisode 5 / 11





Previously : près de dix ans que je trime sur la revue Sombre. Du gros taf. Aussi varié et riche soit-il, mon jeu reste pointu, ce qui limite son public. Quant à sa longévité, elle produit de la routine par effet d'usure.


*


2016 fut ma meilleure année. Depuis, ça s'érode. Il n'y a pas encore le feu à la maison Sombre, mais la température monte. Si les choses continuent à se détériorer, mes projets seront compromis à moyen terme. Serais-je publié par un éditeur tiers que nous aurions eu depuis longtemps une conversation téléphonique ou un échange de mails sur le thème « Sombre c'est bien, mais as-tu pensé à la suite ? Tu n'aurais pas d'autres idées que la peur comme au cinéma ? ».

Sauf que je m'édite moi-même, et que quand Johan éditeur est venu voir Johan auteur, ça s'est passé comme ça :
– T'es au courant que les ventes se barrent en sucette ?
– Ouais, j'ai maté la feuille Excel.
– On arrête alors ?
– Tu rigoles ou quoi, y'a le numéro spécial slasher à sortir, qui va être trop bien. Et puis le livre de base de Max, sur lequel je bosse depuis 2012. Et plein d'autres trucs encore. On ne peut pas lâcher maintenant que ça devient vraiment cool. Trois systèmes Sombre, t'imagines le gros délire ?
– Ouais t'as raison, on continue !

Donc je me suis accroché. Parce que je surkiffe ce putain de jeu. J'ai la passion, nom de Dieu. Un trve fan, le gars Johan. Or le trve fan, c'est pas celui qui vient à ton concert lorsqu'il fait beau. C'est celui qui y reste quand il se met à pleuvoir des cordes de chez cordes. Moi, ça fait plus de trois ans que je patauge dans la boue. Au début, j'en avais jusqu'aux chevilles, maintenant c'est jusqu'aux genoux, bientôt j'aurais les couilles au frais, ce qui n'est pas une perspective super réjouissante. Ah que glagla dans mon slip.


La suite lundi.

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #679 le: mars 09, 2020, 14:07:57 pm »
Bilan Sombre - épisode 6 / 11





Previously : près de dix ans que je trime sur Sombre, une revue pointue à la fanbase forcément limitée. Mais qui dure, malgré l'érosion de ces dernières années.


*


Actuellement, je gagne, net après impôts, quelques centaines d'euros par mois à produire et animer Sombre. Mais cela s'amenuise. Y'avait plus de centaines il y a trois ans. Au rythme où vont les choses, la question est de savoir jusqu'où je vais-je continuer d'accepter de travailler 60 heures par semaine (les petites semaines) ? Est-ce que 200 euros par mois, ça le fait ? Ou 100 ? Ou 50 ? Est-ce que je continuerai de bosser même si je ne gagne plus rien avec mon jeu, comme ce fut le cas durant les quinze premières années de son développement ? Jusqu'où exactement la passion me mènera-t-elle ? Très honnêtement, je n'en sais rien. À un moment, j'atteindrai mes limites. Personne ne vit d'amour et d'eau fraîche.

Je n'en suis heureusement pas encore là. En regardant ma courbe de ventes et ma boule de cristal, je me dis que j'ai peut-être cinq ou six numéros devant moi. En soi, ce n'est pas si mal, surtout si l'on considère que j'en ai treize derrière. Le micro souci est que j'ai des présommaires plus ou moins avancés pour au moins une douzaine. Rien qu'à faire le compte de ce que j'ai promis, que ce soit sur le forum de Terres Etranges, dans un quelconque édito de la revue, ou au détour de l'un de mes articles, ça fait pas mal de matos :

+ Des articles justement, dont certains que je juge essentiels. Il faut que je m'intéresse de près à la jauge d'Esprit, aux antagonistes et au combat. Je voudrais aussi faire une liste détaillée de mes trucs et astuces de meneur. J'envisage également un papier sur le jeu en convention. Ce serait une bonne manière de valoriser les pEx que j'ai accumulés sur le sujet ces quinze dernières années.

+ Dans l'édito de Sombre 2, j'annonçais du jeu sans règles, c'est-à-dire en pur roleplay théâtral. Ce scénario est toujours au programme, mais il est si particulier que je n'ai eu de cesse de le repousser au profit d'autres plus accessibles. Il faudra un jour que cela s'arrête. Je veux le publier.

+ Dans ce même édito, je promettais aussi des rednecks, ce que j'ai tenu dès Sombre 4, et des vampires. Là par contre, rien de paru encore, mais je voudrais concrétiser dans un futur proche. Je fais déjà tourner un scénario à thème vampirique en convention, et il se pourrait que j'en aie d'autres en projet. Les vampires, demain j'arrête.

+ En parlant de mes scénars de conv, il y en a tout plein qui sont bouclés et n'attendent que l'opportunité d'une publication. Il s'agit de scénarios flash en Zéro. En particulier, j'en ai un dans lequel les PJ sont des chats. Il me tarde de le mettre dans la revue tant il est fun.

+ Je veux assurer le suivi de Max. Je lui ai consacré mes deux derniers numéros (Sombre 9 et HS4) et voudrais faire plus. Cette variante m'éclate, écrire d'autres scénars pour elle serait un véritable plaisir.

+ Enfin, j'ai toujours l'envie de creuser Extinction, l'univers post-apo marin et lovecraftien dont j'ai publié le cadre général dans Sombre 2. J'aime ce décor de jeu, et souhaite en faire profiter le plus grand nombre. Mais pour cela, il faut que je publie du matos prêt à jouer. Un setting au moins, ou peut-être un scénario. Ou peut-être les deux.

Vous le constatez, ce ne sont pas les projets qui manquent. J'ai masse d'idées en réserve. Et je précise que rien de tout cela ne concerne les numéros de 2020. Pour eux, j'ai d'autres plans encore, que je ne tarderai pas à vous révéler. En clair, y'a du lourd dans les tuyaux.


La suite demain.

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #680 le: mars 10, 2020, 16:11:13 pm »
Bilan Sombre - épisode 7 / 11





Previously : près de dix ans que je trime sur Sombre, une revue qui dure, mais dont les ventes s'effritent. Pourtant, je voudrais aller au bout de ma démarche éditoriale et de mes envies créatives.


*


On n'est jamais à l'abri d'un succès, mais je ne pense pas pouvoir inverser la tendance. J'entends par là que je ne crois pas que mon activité puisse renouer avec la croissance. Même la stabiliser me paraît difficile. Par contre, je pense avoir une chance raisonnable de ralentir la descente. C'est ce à quoi je consacre mes efforts depuis 2017. J'avoue que, psychologiquement, c'était bien plus confortable avant, quand les ventes étaient en croissance. T'as plus la motivation quand tu bosses pour grimper que pour freiner la dégringolade. Mais hé, si ce boulot était facile, ça se saurait depuis le temps. Et tout le monde le ferait.

Mon souhait serait que ça se casse la gueule un peu moins vite, ce qui me ferait gagner quelques numéros. En gratter trois ou quatre serait royal. Parce que voyez-vous, je suis chaud comme la braise. Il y a près de dix ans, lorsque je me suis lancé, je tâtonnais pas mal. J'avais l'expérience du fanzinat, de la presse pro et un peu de l'édition, mais n'avais jamais dirigé de revue. Aujourd'hui, je commence à avoir de la bouteille. Je sais où je vais et je sais comment y aller. Je suis rodé, nom de Dieu. Du coup, ça me ferait bien mal au derche de lâcher maintenant. Ce d'autant que je l'ai déjà vécu.

Dans une autre vie, je fus pigiste à Backstab, un magazine de jeu de rôle pour lequel j'avais commencé à développer un setting med-fan dark, le Synode. Je le construisais article après article, un numéro après l'autre. C'était à la base une commande, mais je me suis grave investi. À force de travail, j'ai fini par dégager une vision d'ensemble. La vache, j'étais chaud de chaud. J'avais toutes les idées qui allaient bien, ordonnées comme il fallait en un plan carré. Le truc sans accroc, à la Hannibal Smith.

C'est pile-poil à ce moment que le magazine a débranché la prise. Rhâââ mais putaiiin, cette frustratiiion ! Une vraie douche froide. Me suis pris le mur de la réalité éditoriale dans les ratiches. Ouyouyouille. Je n'ai pas du tout, mais alors du tout, envie de revivre la même chose avec Sombre. Il faut que trouve un moyen de moyenner.


La suite demain.

Hors ligne dragonvertapoisbleus

Re : Sombre
« Réponse #681 le: mars 10, 2020, 20:19:45 pm »
Tu pourrais peut-être proposer un autre format de Sombre pour les "nouveaux arrivants" et les fans. Un format consolidé, genre un vrai livre, avec peut-être Sombre et Sombre zéro réunis, un peu plus commercial et "shiny" (sans trop en faire). Le rôliste aime l'objet. :)
Un remastering ça a l'avantage de générer de la comm sur les sites spécialisés, et donc de relancer les ventes, bien plus que le #274 de Sombre (même s'il est (sera) probablement très bien).
PJ -- Après ce toast à la gloire de notre groupe d'aventuriers, je prends ma fourchette et pique dans mon assiette pour signifier le début du repas aux convives.

MJ -- Impossible, tu ne m'as pas dit que tu prenais une fourchette dans la cuisine, alors tu manges avec les mains.

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #682 le: mars 11, 2020, 02:13:25 am »
genre un vrai livre, avec peut-être Sombre et Sombre zéro réunis, un peu plus commercial et "shiny"

L'idée m'a en effet traversé. J'ai même un nom pour cela : un « vrai » jeu de rôle. Je vais bientôt en parler dans le feuilleton Sombre. Stay tuned.

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #683 le: mars 11, 2020, 15:39:34 pm »
Bilan Sombre - épisode 8 / 11





Previously : près dix ans que je trime sur ma revue et qu'elle dure, mais les ventes s'effritent. Je voudrais réussir à ralentir leur érosion pour aller au bout de mon Sombre.


*


J'évacue d'emblée les solutions qui à mes yeux n'en sont pas. Pas forcément qu'elles soient mauvaises en elles-mêmes, mais parce qu'elles ne correspondent pas à ce que je souhaite faire de Sombre, ou qu'elles sont en décalage avec la manière dont je veux travailler, ou encore qu'elles me semblent inappropriées au moment où je parle (mais pourraient se révéler pertinentes à l'avenir).

Déjà, il est très clair à mes yeux que je ne suis pas encore disposé à passer à autre chose. Je ne vous prendrais pas la tête depuis dix jours avec mes petits problèmes s'il en était autrement. J'expliquais la semaine dernière que dans mon micro milieu éditorial, le standard est actuellement aux gammes fermées et aux standalones. L'idée est de sortir un nouveau produit tous les X mois, avec un nouveau nom et un (parfois pas si) nouveau concept pour relancer l'intérêt du client. De la fraîcheur éditoriale qui donne envie au consommateur de remettre une pièce dans la machine. Clairement, ce n'est pas mon truc. Je suis le genre de garçon qui préfère creuser le même sillon. Sauf improbable épiphanie rôliste, il n'y aura rien après Sombre. Je ne pense avoir qu'un jeu de rôle à l'intérieur du dedans de moi. Je continuerai très certainement à écrire après avoir tourné la page Sombre, mais ce ne sera selon toute probabilité pas des textes rôlistes.

Je n'ai pas non plus envie de m'essayer au crowd funding. Pas à ce stade, en tout cas. À ce que j'en comprends, c'est du gros boulot, et pas le genre qui me vend du rêve. Je n'ai rien contre la compta, le marketing, la promotion et la préparation de commandes. J'en fais tout au long de l'année. Mais je ne veux pas consacrer l'intégralité de mon temps à ces tâches durant six, dix, douze, quinze ou dix-huit mois. À la base, mon kif, c'est l'écriture et le playtest. Je me suis multiclassé éditeur, distributeur et communiquant par nécessité. Pour pouvoir mener la barque Sombre à ma manière. J'effectue ces tâches sans déplaisir, et y trouve même souvent un intérêt véritable, mais ce n'est pas une vocation. Un crowd funding me serait peut-être profitable, en aucun cas plaisant. Ce n'est pas le genre de truc que je me sens d'assumer dans le cadre de Terres Etranges. Pas à ce stade du développement de Sombre en tout cas.

À l'heure actuelle, je suis également réticent à la vente de PDF. Le fanzine, j'entends par là l'objet papier, me plait grave. Je l'aime d'un amour vrai, même si la logistique devient de plus en plus compliquée. Treize numéros, ça en fait du papier à trimbaler aux quatre coins de la région parisienne, de la France et même de l'Europe. En revanche, les produits numériques ne me font pas rêver. Ouaiiis, je saiiis. Que voulez-vous, je débarque d'un autre millénaire, et mon imaginaire avec. Je ne dis pas que je n'y viendrai jamais, hein. Juste, tant que je peux encore m'en tenir à l'arbre mort, je préfère. Présentement, j'ai tendance à considérer le PDF comme le mausolée de la revue. Une manière de continuer à la mettre à disposition lorsqu'elle sera morte sur papier. M'y lancer dès à présent me semblerait prématuré, ne serait-ce que parce que le numérique rognerait un peu plus encore les ventes physiques. Or leur érosion est à la base ce qui me pousse à chercher des solutions alternatives. Des volumes d'impression qui baissent, ce sont des coûts de production qui grimpent. Ce n'est pas bon. Pas si je veux maintenir mon prix de vente à 10 euros le numéro.


La suite demain.

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #684 le: mars 12, 2020, 16:03:32 pm »
Bilan Sombre - épisode 9 / 11





Previously : près de dix ans que je trime sur la revue Sombre. Elle dure, mais les ventes s'effritent. Je voudrais ralentir leur érosion sans pour autant me lancer dès maintenant dans un crowd funding.


*


Je n'ai pas de vocation de vidéaste. Cela peut sembler étrange pour un gars qui a créé un jeu de rôle dont la référence principale est le cinéma, mais le Net qui cause et bouge ne me vend pas du rêve. En fait, si je pouvais faire vivre Sombre sans montrer ma ganache ni ouvrir ma grande bouche, je le ferais. C'est malheureusement impossible. À notre époque, quand t'es un petit producteur, il faut exister sur la Toile pour espérer vendre un minimum. Donc je cause de temps à autre dans la radio ou la télé de l'Internet.

Lorsque les gens qui me tendent le micro sont cool, j'y prends plaisir. C'est intéressant, mais cela ne me donne pas pour autant envie de devenir une stâââr de YouTube ou de Twitch. À la base, je suis un littéraire. Mon vrai truc, c'est aligner des mots sur l'écran de mon ordinateur. L'audiovisuel m'attire vachement moins. Je ne veux pas passer mes journées à préparer, tourner et monter des vidéos, je veux noircir du papier. Je le disais hier, je suis une vieille chose.

Même si cela me permettrait sans doute d'en vendre plus sur stand, je n'ai non plus envie de transformer Sombre en « vrai » jeu de rôle. Du moins, pas dans l'immédiat. Outre que cela impliquerait très probablement un crowd funding, ce à quoi je suis actuellement réticent, il s'agirait sans doute en grande partie d'une compilation de matériel déjà publié. Et vous savez quoi ? C'est le genre de truc qu'on fait pour les jeux morts. Il n'est pas temps, Sombre bouge encore. Et même, il est bien vivant. J'ai un quintal de matos inédit en préparation, des tas de projets et des nouvelles idées plein la tête. La compil' nostalgeek, ce sera pour plus tard.

Ce d'autant que la perspective de devoir arrêter de publier pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, en attendant de finaliser un gros bouquin A4 de 400 pages (ouais, compiler prend du temps), ne me met pas des étoiles dans les yeux. Je kiffe ce putain de fanzine, c'est un rêve d'ado que je prends un pied colossal à concrétiser. J'aime l'objet, et j'aime le concept. La publication périodique, c'est vraiment mon truc. Cela me motive à fond et me permet d'organiser mon travail. Du temps où j'y bossais, les cadences de la presse étaient infernales. A contrario, celles de l'édition littéraire et rôliste me crispent. Tout y est bien trop lent. Mon zine est pile-poil dans le tempo qui me convient.

Les conventions et festivals pourraient-ils constituer une planche de salut ? Plus de convs pour plus de démos donc plus de ventes, cela paraît logique. Pour tout dire, je l'ai déjà fait. Lorsque, après 2016, j'ai constaté que la revue perdait des clients, j'ai augmenté le nombre d'événements pour compenser. Et cela a fonctionné. J'ai un peu amorti la descente, au prix d'une grosse fatigue. Ce fut épuisant.

J'adore les conventions, mais elles me mettent sur les rotules. Je n'y vais pas pour rester tranquille derrière mon stand. Je ne le peux pas, Sombre ne se vend pas sur l'objet. Mon fanzine ne paie pas de mine. D'autant moins que sur les stands d'à côté, mes confrères alignent du lourd. Il ne vous aura pas échappé qu'à notre époque, on fabrique de très beaux bouquins de jeu de rôle. Pour intéresser les gens à mon petit produit, je dois enchaîner les démos.

Vendre le jeu (par opposition à l'objet fanzine) marche bien. Le défaut est que c'est crevant, et que je vieillis. Je commence très sérieusement à atteindre la limite d'âge. Hé, ça fait quand même quinze ans que je tourne en conventions. Je peux toujours en faire, et ne vais pas m'en priver. Pas de souci à ce niveau. Par contre, je ne peux plus en enchaîner quinze à vingt par an. C'est devenu trop dur. Du coup j'ai été contraint de réduire la voilure sur 2019, et il va falloir que je continue à le faire dans les années qui viennent. Il y va de ma santé.


La suite demain.

Hors ligne dragonvertapoisbleus

Re : Sombre
« Réponse #685 le: mars 12, 2020, 17:43:29 pm »
T'inquiète, j'ai ce qu'il te faut pour les conventions. Tu verras, une fois que tu l'auras essayé tu ne pourras plus t'en passer.

A demain.

Ton fan numéro 21573.

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #686 le: mars 13, 2020, 16:42:42 pm »
Bilan Sombre - épisode 10 / 11





Previously : je voudrais ralentir l'érosion des ventes de Sombre sans lâcher le fanzinat papier, qui m'éclate, et sans monter en puissance sur les conventions, qui m'épuisent.


*


Tout serait-il donc, euh, noir au pays de Sombre ? Et ben non, heureusement. Déjà, 2019 fut plutôt bonne. L'érosion des ventes a continué, mais dans de moindres proportions que les années précédentes. Il est bien sûr beaucoup trop tôt pour dire si je vais finir par atteindre un pallier, mais tout tassement de l'effritement est bon à prendre. Je me contente de peu, dites-vous ? C'est que quand l'activité se contracte, les moins pires nouvelles passent plus aisément pour des bonnes.

En regardant les chiffres de 2019, j'ai constaté que mes nouveautés avaient bien cartonné. Sombre 9 a fait un vrai bon démarrage, tout à fait inattendu à ce stade de la gamme. J'espérais un rebond, je ne pensais pas qu'il serait si important. Sans doute le scénario lovecraftien n'y est-il pas tout à fait étranger (merci Gros Toulou !). Mais même Sombre HS4 s'est bien tenu pour un hors-série, ce qui est là aussi très encourageant. Je croise les doigts que la tendance se maintienne en 2020, même si je sais déjà que le corona va sérieusement plomber mon année.

Ce sont en fait les anciens numéros, y compris les deux précédents livres de base, qui dévissent. Là, c'est la dégringolade. Cela confirme ce que je disais la semaine dernière, à savoir que je pense être en train de saturer mon marché. J'ai satisfait une bonne part de mon lectorat potentiel. Dans le même temps, j'ai accroché des gens. Le jeu a indéniablement trouvé son public. Tu la sens, ma grosse fanbase, hein, tu la sens ? Pardon, je m'égare. D'autant qu'elle ne me semble pas si grosse que ça.

Quand même, la revue a ses lecteurs fidèles, qui la soutiennent et la font vivre depuis près de neuf ans. Copain rôliste, toi qui lit ces lignes et qui achète numéro après numéro, je te cœur avec les doigts. Si nous en sommes là, mon jeu et moi, c'est uniquement grâce à toi. Merci. Vraiment.

Et tu me fais cogiter. Si je peine désormais à étendre la fanbase de Sombre, mais qu'il y a au cœur de mon lectorat un noyau de die hard fans disposés à soutenir la revue, ne serait-il pas temps, enfin, de commencer à m'appuyer plus sur eux ?


Suite et fin lundi.

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #687 le: mars 16, 2020, 15:30:10 pm »
Bilan Sombre - épisode 11 / 11





Previously : près de dix ans que je trime sur la revue Sombre, dont les ventes s'effritent. Pour ralentir leur érosion, ne devrais-je pas m'appuyer plus sur ses hardcore fans ?


*


Alors voilà, depuis 2011, il y a des gens qui, à la sortie de chaque numéro de Sombre, m'envoient un chèque ou me font un virement pour le recevoir chez eux. À chaque numéro depuis près de neuf ans. Douze fois pour certains, vu que j'ai sorti treize numéros, mais que deux d'entre eux ont été publiés simultanément. Est-ce que Sombre n'a pas les meilleurs fans du monde, je vous le demande ?

J'ai réfléchi et me suis dit que je pourrais faire d'une pierre quatre coups. Affermir ma base de trve fans, motiver mes lecteurs occasionnels à acheter plus régulièrement, et par ces moyens lutter contre l'érosion des ventes tout en continuant de lever le pied sur les conventions. Vous l'avez deviné, j'ai décidé de lancer une formule d'abonnement pour Sombre.

J'y pensais depuis très longtemps, mais y étais réticent car pas tout à fait certain de pouvoir assurer la périodicité de la revue. Promettre sans tenir, vraiment je n'aime pas. Je me souviens encore très bien de mon année blanche. J'aurais dû publier Sombre 4 en 2014, mais avais accumulé tant de retard que le numéro n'a pu sortir que début 2015. Totale consternation.

J'ai progressé depuis. Ces dernières années, j'ai tenu la cadence d'un numéro par an, puis de deux. Les accidents éditoriaux sont toujours possibles, mais cette régularité m'a fait gagner en confiance. Du coup, je me lance. Mon offre d'abonnement se trouve ICI.

J'espère qu'elle intéressera les hardcore fans, et aussi ceux qui, un peu moins hardcore, ont lâché l'affaire Sombre parce que, bah, flemme de faire un virement PayPal tous les six mois. À l'intention de ces derniers, je propose une offre jumelée anciens numéros + nouveaux, qui leur permettra de rattraper leur retard à moindres frais. Compléter une collection, y a-t-il quelque autre plaisir rôliste qui vaille ? Ouais d'accord, écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi, et entendre les lamentations de leurs femmes. Mais faut bien commencer par un bout, pas vrai ?

On nous serine que nous, les consommateurs, avons le véritable pouvoir, celui du portefeuille. Quand on pense aux mégacorpos, on a du mal à y croire. Pour ce qui est de Sombre, c'est la vérité nue. Mon activité est si modeste que chaque euro compte. En lâchant un peu de thune dans mon jeu, vous ferez très concrètement la différence. Si les abonnements sont un succès, j'ai une chance de gratter du rab de plusieurs numéros. Aidez-moi à niquer Gauss, ce gros bolosse à tronche de cloche.

Notez bien que cette formule concerne tous les numéros de Sombre, réguliers ET hors-séries. Si ces derniers ne vous intéressent pas, restez-en à l'achat ponctuel. Je le précise parce que j'ai prévu de sortir un bon paquet de hors-séries dans les prochains mois (je vous en reparlerai bientôt). Un fan de Sombre averti en valant deux, je viens de doubler votre côte à l'argus rôliste. Merci qui ?

Mais si les réguliers aussi vous glissent dessus ? Le cinoche de trouille vous laisse de marbre, et le jeu d'horreur ne vous intéresse pas. Ou s'il vous intéresse, vous avez déjà trouvé votre bonheur chez la concurrence. Par contre, ma démarche vous accroche. C'est pour cela que vous vous êtes enfilé mes posts pendant quinze jours, avez lâché des pouces bleus sur les réseaux sociaux, ou un petit commentaire sympa sur un forum.

Un rôliste de base qui se sort les doigts, ça vous parle. Ce petit gars fabrique un jeu dans sa cave, le playteste dans sa cuisine, et a les couilles (ou l'inconscience, ou les deux) de le publier et de le distribuer par ses propres moyens. Vous avez envie de l'aider, mais pas au point de tuer des arbres pour recevoir un fanzine qui vous indiffère. Dans ce cas, soutenez Sombre sur TIPEEE.

Au fil du temps, et de plus en plus à mesure que les ventes de la revue s'effritaient, cette plateforme de financement participatif m'est devenue un très utile complément de (micro) revenu. Ce n'est pas cela qui remonte les ventes de la revue, mais ça paie les pâtes. Et c'est déjà beaucoup. Le Tipeee de Sombre est accessible à partir de 1 euro par mois, soit à peine plus qu'un paquet de clopes à l'année. Pour ce prix là, vous recevrez un PDF mensuel, que vous pourrez laisser pourrir dans votre boîte mail en toute bonne conscience. Alors ouais, ça envoie un peu de carbone dans l'atmosphère, mais y'a pas non plus mort d'arbre.

À ce propos, je termine ce feuilleton Sombre en remerciant les tipeurs sans la générosité desquels il n'aurait pu voir le jour. Ils l'ont en effet reçu en avant-première fin février, à titre de contrepartie mensuelle : Glayroc, Alias, Roliste, Qui Revient de Loin, Steve J, Batro, Corrigans, Tholgren, furst77, Dorothée, Valentin T., pseudo, Vincent, Peggy, Barth Barth, ToF, Eliador, Nefal, Sevoth, Evect, girdalas, Gulix, Sandra, Esteren, Orlov, Passelune, Tolkraft, clementparis, Hunter_Chameleon, Harmelin Nicolas, antoahn, eugenie, boucher allan, Grégory, Juan, Jérémy Jarrié, Jicey, Mister Zombie, Groumphillator HSF, DeathAmbre et Aellle.

Big up les gars et les filles !

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #688 le: mars 19, 2020, 15:32:48 pm »
Business as usual. Ou presque.


Pendant la crise sanitaire, Sombre continue. Le confinement ? Hé mais je suis surentraîné ! Depuis le début des années 2000, je travaille à mon domicile. Johan, vingt putain d'années d'avance.


Du coup :

+ Je prends toujours les commandes de Sombre. Je les prépare et les posterai aussitôt que ce sera humainement possible, c'est-à-dire dès que je pourrai me rendre au bureau de Poste sans mettre quiconque en danger, que ce soit moi ou les autres.

+ Les abonnements à Sombre sont ouverts. Des bisous (de loin) à ceux qui ont déjà pris le leur. Votre soutien me fait chaud au cœur, les gars.

+ Je livrerai comme d'habitude une contrepartie Tipeee ce mois-ci.

+ Le prochain numéro de Sombre est bouclé, mais son impression est évidemment repoussée. Je visais une sortie pour le début du printemps, ce sera plutôt pour le début de l'été.


Et je rappelle à ceux qui chercheraient à occuper leurs looongues journées que :

+ Sombre light, le kit de démo de Sombre, est toujours téléchargeable au format PDF. Il s'agit du système Classic. Parfaitement jouable et tout à fait gratuit.

+ Pour l'accompagner, moult scénarios de fans de Sombre, eux aussi gratuits de chez gratuits.

+ Sachez enfin que les gens de Jeudi JdR, cette excellente chaîne YouTube, ont mis il y a peu en ligne un looong actual play joué en Classic.


Le Covid est balèze, mais le jeu de rôle vaincra. Je veux dire, ce n'est pas une apocalypse zombie (sans zombies, cette arnaque) qui va arrêter les fans de Sombre. À ce niveau, on est carrément rodés.


Prenez soin de vous.

Hors ligne Johan Scipion

Re : Sombre
« Réponse #689 le: mars 23, 2020, 18:55:32 pm »
Bientôt, une nouvelle contrepartie Sombre sur Tipeee





« Cette contrepartie aurait dû être une preview. Au lieu de quoi, c'est un making-of. Et pas n'importe lequel. Le making-of d'une catastrophe industrielle. Un epic fail de proportions bibliques. Le shit happens puissance trouzemille. Ben ouais, quitte à se vautrer, autant y aller franco. J'aime faire les choses bien, vous le savez. »


Jeudi 26 mars, les mécènes de Sombre recevront une nouvelle contrepartie. J'y raconterai la manière dont le Covid a fracassé Sombre. La crise sanitaire vue par le petit bout de ma lorgnette. Trafalgar dans mon fanzine.

Pour recevoir ce texte dans votre boîte mail, soutenez Sombre sur Tipeee : http://bit.ly/Sombre-Tipeee