Auteur Sujet: Pourquoi détester les féministes  (Lu 100561 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Fenrhyl

Re : Pourquoi détester les féministes
« Réponse #750 le: juillet 19, 2012, 19:51:52 pm »
Bon, t’es quand même en train de me parler là. Alors je vais mettre de côté le coup de sang que j’ai eu quand j’ai lu ça « Pour le reste, j'avoue honteusement que je n'ai pas lu ce que tu as écris.  :roll: » parce que tu as eu l’honnêteté de l’admettre.

Ce que je veux dire c’est ça :

Colonisation >> racisme
Holocauste >> antisémitisme, anti-tout en fait vu que les juifs ne sont pas les seuls à y être passés
Traite des femmes >> sexisme
Viol (institutionnalisé) >> sexisme
Gynocide >> sexisme

En termes de magnitude bien entendu. Et sans nier les relations de paternité entre la droite et la gauche, naturellement.

Mon problème, et je dis ça pour tous ceux qui veulent un jour défendre un point de vue, c’est qu’une personne qui met en parallèle un fait de la colonne de gauche et un fait de la colonne de droite détruit sa crédibilité.
Comme je l’ai écrit, j’abhorre les publicités sexistes parce que ça implique que les femmes sont des prostituées et que les hommes sont des queutards. L’un comme l’autre sont insultés, même s’il est vrai que la femme est mise en position de soumission là-dedans parce qu’elle est transformée en objet. Le parallèle avec un beur qui serait mis en scène pour un pub pour une alarme de voiture ou un juif qui serait mis en scène pour une assurance contre les arnaques chez les commerçants serait parfaitement valable. Parce que c’est le même degré de magnitude et tant qu’on n’essaye pas de nous faire croire que l’un est moins grave que l’autre.

Si nous parlions là du gynocide qui se pratique à l’heure actuelle en Asie du Sud-Est et qui fait des dizaines de milliers de mortes chaque année, ou de la traite des femmes des pays pauvres vers les pays riches, le parallèle avec la colonisation ou avec l’holocauste serait parfaitement recevable parce que c’est le même genre d’atteinte : nier le statut d’être humain à autrui et en disposer comme d’une ressource ou d’une gêne. Mais là ce n’était pas le cas.

Ce qui me tue, c’est que tant toi qu’Asyfael et d’autres vous avez des choses à dire qui sont intéressantes mais que vous foutez tout en l’air en voulant faire de la cause que vous défendez la plus importante. Et ce n’est pas vrai, on a malheureusement des problèmes plus graves (genre survivre au foutoir environnemental que nous sommes en train de provoquer, la crise de l’énergie, la crise économique, les trois étant liés) sans pour autant nier l’importance de celui auquel font face les femmes de nos jours. Et en plus vous avez tout intérêt à le prendre en compte parce que la situation des femmes est dépendante des facteurs économiques comme l’est celle de tous les êtres humains sur terre. Ce qui m’énerve, et tu as raison de le constater, c’est de voir que vous ne réalisez pas à que votre cause n’est qu’une des nombreuses autres auxquelles on pourrait apporter réponse en agissant à plus bas niveau dans la machinerie de nos sociétés. Mais d’un certain côté je m’y prends sans doute ultra-mal, mais le fait que la moindre contradiction soit prise comme une accusation ou une remise en cause n’aide en rien la sérénité du discours.

Il y a des efforts à faire des deux côtés.
« Modifié: juillet 19, 2012, 20:17:58 pm par Fenrhyl »