Auteur Sujet: Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)  (Lu 7269 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Hombelin

Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« le: mai 11, 2010, 13:49:40 pm »
On peut tout à fait jouer avec des personnes MUETTEs. J'en ai la certitude, et je sais avec quelles adaptations minimes. C'est mon expérience développée avec les aveugles, qui me permet d'affirmer cela.

Il doit être assez facile de jouer avec des Muets. Un (ou des) muet(s) en tant que joueurs, et non en tant que MJ (ou alors toute la table est muette et connaît le langage des signes?).

Pour simplifier les choses, je considère que la personne est forcément sourde-muette et réussit à lire sur les lèvres. En réalité, on peut être sourd sans être muet, par exemple. Mais comme avec les Déficients Visuels, si on part dans la diversité des cas possibles, on va exploser la réflexion, sans aucun apport réel. Il est préférable de simplifier un peu.

Je dis : « joueur muet », alors pleins de gens pensent « langage des signes ». Et bien non ! Il est hors de question que j?apprenne le langage des signes, pour un hypothétique essais de jeu avec 1 joueur muet, qui après un essais, trouvera peut-être ce loisir nul (faut pas croire non-plus que notre loisir est universel : ça dépend des goûts et des tempéraments). Hors de question, non-plus, de demander aux autres membres de mon club d?apprendre le langage des signes. Il faut bien, en effet, que le joueur muet communique avec le MJ, mais aussi avec les autres joueurs. Et donc ? On fait venir un traducteur ? Bénévole ? Payant ? Non ! S?il faudrait permettre aux muets de jouer facilement, on ne peux pas non-plus tout faire.

Le Jeu de Rôles, c?est la liberté de l?imagination. La liberté pour le MJ et ses scénarios (etc), et la liberté du ou des joueurs : liberté d?action. Un joueur peut donc tout faire avec son personnage (même quitter le cadre du groupe de joueur, du scénario, partir en voyage, et se retrouver alors forcément hors-jeu). Cependant, quand on a accumulé pas mal d?heure de jeu, sur différents jeux, on se rend compte que les actions fréquentes des joueurs ne sont pas si infinies. S?il y en a une centaine (pour des plus fréquente), c?est bien le maximum. Aussi je propose que le joueur Muet explique ce que tente son personnage en pointant une action sur une liste d?actions prédéfinies, puis pointe par exemple un pion sur un plateau+pions ou une croix sur le croquis du MJ, voir, complète en écrivant les mots clefs manquants de son action, sur une « ardoise » blanche effaçable. Pour la liste d?action, je pense à un support imprimé sur  3 feuilles de couleurs, et de couleurs différentes, et si possible plastifiées. Maintenant, il est assez facile d?utiliser une imprimante, d?avoir quelques feuilles de couleurs, et même de disposer d?une plastifieuse. Il est même possible, dans certains magasins de bureautique, de plastifier sur place, moyennant 3 soux.
Il y aurait donc 3 feuilles : une feuille « combat », une feuille « déplacement », une feuille « interaction sociale et divers ». Armer d?un feutre effaçable, si les feuilles sont plastifiées, il peux même entourer les mots clefs des listes, à chaque fois, et les effaçer.
Feuille « combat » : frapper, tirer, agripper, feinter, désarmer, non-létaux, coup plus puissant, petits coups enchaînés, défense sans combat, assommer, etc? On peux même remettre la liste d?armes possible sur la feuille, à moins que le joueur écrive l?arme qu?il utilise sur son ardoise, ou à moins, que comme on connais son PJ et son style, on sache par défaut l?arme qu?il utilise.
Feuille « déplacement » : marcher, courir, se sauver, charger, nager, ramper, sauter (en hauteur), sauter (en longueur), se cacher, enchaîner des acrobaties pour passer, sa mettre à l?abris, doucement, rapidement, etc?
Feuille « interaction social et divers » : mentir, bluffer, marchander, intimider, comportement et discussion diplomate, etc? et pour la colonne « divers » : fouiller, crocheter, piéger, faire de la musique/chanson, MAGIE. Et pour la magie, le joueur pointe sa feuille de PJ, sur laquelle est classiquement recopié la liste des sorts ou pouvoirs Magiques/extraodinaire/etc dont il dispose. Evidemment, lors des interactions sociales, on se passera difficilement d?un complément écrit sur l?ardoise, à moins que le MJ lui propose rapidement une série de possibilité : « Tu lui ment ? En lui disant que tu es le facteur ? Que tu es un domestique ? Que tu es en passe à 2 minutes de là ? » et le joueur fait signe de tête immédiatement ou dit sur les doigts « 2 », pour la 2° proposition.
Evidemment aussi, ici hors de question du « roleplay », si le roleplay est défini par un jeu semi-théâtrale : où on parle comme parlerait les P(N)J. (j?ai remarqué que chacun avait sa définition du roleplay, alors je précise).

Je prends aussi comme pré-requis que le muet lit sur les lèvres.
Pour moi, le MJ a une position centrale sur la table de jeu, et une grosse part de la réussite de la séance repose sur ces épaules (même si les joueurs peuvent ? ou devraient ? aussi beaucoup y contribuer). Tout type de cours de « communication » que vous aurez put recevoir, quelqu?en soit les circonstances, pourront vous servir à la masterisation. Personnellement, je me répète en reformulant, je répète de même les propositions des joueurs. Cela permet de confirmer si je l?ai bien compris ; si les autres joueurs avaient eut une absence ou une incompréhension, avec un peu de chance, avec ma reformulation, ils pourront suivre. Enfin ! Je tend tout au moins à cela, et je sais qu?après plusieurs heures de jeu, je n?ai plus de salive. J?ai récemment joué avec un MJ qui doit sûrement user moins de salive : il compte surtout sur l?attention des rôlistes ultra-passionnés qui sont à sa table. Le jeu avec des non-voyants m?a permis d?être plus rapide, concis et précis dans mes descriptions (puisque aucun support dessiné ne peut être utilisé). Je ne dis pas que je permet une communication 100% efficace autour de la table, mais j?essais.
Dans cette optique, je considère que le joueur en lisant surtout sur mes lèvres devraient toujours pouvoir comprendre ce qui se passe. Il peut évidemment suivre en regardant les autres joueurs parler successivement. Ce que je veux dire, c?est qu?on n?est pas à l?abris de « raté » : le Muet ne comprend pas tel ou tel intervention, mais il devrait toujours pouvoir comprendre ce qu?il a louper, en « écoutant » le MJ. Sinon, il demande une précision, une ré-explication, de même que tout joueur « classique » peu avoir eu une absence et redemander les infos pour reprendre le cour de l?histoire?
J?utilise aussi beaucoup les croquis de situation, les plans ou un plateau + pions (rarement des figurines). Non-pas que je tende vers le « combat tactique », mais je trouve que tous ses supports permettent d?augmenter l?efficacité de la communication. Pareille, j?utilise des illustrations, même si en plus je les décris oralement en doublon. Et tout ça pour dire que plus vous aurez une communication efficace autour de la table (quelque soit vos outils ou vos méthodes), plus il devrait être facile d?intégrer un Muet (ou un Aveugle). Et inversement, les progrès que vous pourrez faire en jouant avec un Muet ou un Aveugle, devrait rejaillir sur un meilleur fonctionnement global des séances.

Conclusion :
Bien qu?aucun essai n?ai été fait pour le confirmer, je suis sûr qu?il est possible de jouer avec 1 ou des Muets, comme il est possible de jouer avec un ou des Aveugles. Le principale frein reste le frein habituel : la capacité des participants à s?entendre et le fait qu?ils partagent en gros les même goûts (d?univers, de type de scénario?). Ce frein est simplement accentué par le fait que certains participants pourront être mal à l?aise en côtoyant le handicape.

Remarque :
Il faut donc surtout, pour pouvoir jouer, que le joueur puisse communiquer d?une façon ou d?une autre, qu?il puisse se concentrer suffisamment longtemps, qu?il puisse comprendre le jeu, et que ce n?est qu?un jeu. A mon avis, les seuls handicapes insurmontables sont donc les handicapes mentales et les handicapes psychiques.

Remarque annexe :
Qu?est que le hors-jeu ? Il y a les discussions « Hors-jeu » : les joueurs font une micro-pause dans la séance de jeu, parlent par exemple du beau temps, et reprennent aussitôt le jeu. Il y a aussi les joueurs qui se mettent « hors-jeu », dans le sens où ils sortent volontairement du cadre du jeu : du cadre du scénario ou du cadre de ce que les autres participants jouent (si par exemple le scénario est assez ouvert). Par exemple, son personnage quitte les autres PJ et part en voyage. Là, le MJ ne va pas prendre du temps et de l?énergie, au détriment des autres joueurs, pour décrire ce que vit ou voit le PJ voyageur. Le joueur s?est mis volontairement hors-jeu, il ne jouera donc pas la suite de la séance, qui restera centrée autour du groupe de PJ et de leurs actions collectives et de bonne volonté (car pas toujours intelligentes). En jdr, ce « hors-jeu » n?est pas définit aussi nettement avec qu?au foot, par exemple, mais cela existe tout de même.
Sur "www.Pathfinder-fr.org", la page générale du wiki "Jouez de jeunes PJ (enfants…)"

Et www.virtuajdr.net pour du jdr par tchat vocal (micro-casque + TS ou skype)

Hors ligne Hombelin

Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #1 le: mai 18, 2010, 09:47:15 am »
J'ai discuté hier-soir avec une maman d'un enfant sourd.

Elle m'a dit que les sourds avaient une vie assez "communautaire" : assez fermé, enre eux. Cela m'a remis en mémoire d'autres anecdotes qui allaient plutôt dans le même sens. Aussi, avoir 1, et un seul, sourd (et plutôt muet, donc), à la table, ça ne serait apparemment pas gagné. Il y aurait plus de chance qu'ils s'emparent de ce loisir, et qu'ils composent une table entière de sourd-muet, échangeant en langage des signes.

Elle m'a dit aussi que malgré les apparences, ils ne lisent pas tant que ça sur les lèvres, et saisissent seulement quelques mots. On a l'impression qu'ils ont compris, mais à l'usage, on s'aperçoit qu'ils ont "mal' compris. Cela renvois aux remarques, qu'on m'a déjà faites, sur la position du dit joueur pour qu'il puisse capter le maximum de choses. Et cela renvois aussi sur mes remarques sur l'importance de "bouster" l'efficacité de la communication, par différents outils, comme une carte du monde, une carte de la ville (par exemple), un weleda+pions pour représenter les scénes de combats ; pourquoi pas, des cartes avec des numéros pour l'ordre d'initiative, etc.

En plus, ils lieraient peu et comprendraient pas trés bien l'écrit, et leur structure mentale serait propice à les faire confondre fictions et réalités. Ils pourraient plus facilement que la moyenne se prendre "vraiment" pour leur personnage, et oublier leur vrai identité. Là, je ne suis pas sûre que ça ne soit pas simplement les peurs exagérées d'une maman. Bon, dans le doute, je les retranscrit ici. Si j'ai l'occasion, je me renseignerais auprès de psy et/ou de neurologues...

Hors ligne Dkarl

Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #2 le: mai 18, 2010, 10:51:16 am »
intéressant comme sujet.
Et oui je pense aussi que le dernier est plus du ressort d'une maman apeuré.
Je veux bien entendre la suite des information que tu pourrais avoir.

Hors ligne zarcania

Re : Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #3 le: mai 18, 2010, 11:08:13 am »

En plus, ils lieraient peu et comprendraient pas trés bien l'écrit, et leur structure mentale serait propice à les faire confondre fictions et réalités. Ils pourraient plus facilement que la moyenne se prendre "vraiment" pour leur personnage, et oublier leur vrai identité. Là, je ne suis pas sûre que ça ne soit pas simplement les peurs exagérées d'une maman. Bon, dans le doute, je les retranscrit ici. Si j'ai l'occasion, je me renseignerais auprès de psy et/ou de neurologues...

Je pense en effet que ce soit une réaction de peur. Mais elle n'est sans doute pas exclusivement réservée aux parents d'enfants souffrant d'un handicap. Tous les parents (ou presque) ont peur des jeux de rôle à cause de leur mauvaise image et de celle des jeux vidéos. Les parents peuvent contrôler les jeux vidéos en jetant un coup d'oeil quand l'enfant demande à jouer. Par contre très peu de contrôle possible si la partie de jeu de rôle se fait chez des amis...

Et cela ne concerne pas uniquement les enfants, ma mère s'est inquiétée (j'ai 23 ans) quand je lui ai dit que je jouais au JDR... Bref je lui ai expliqué et c'est bon...

Hors ligne Laulaucmoi

Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #4 le: mai 18, 2010, 14:05:32 pm »
Ce qui m'embête dans cette histoire, c'est que ça demande une énorme discipline de la part des autres joueurs : s'ils répondent spontanément à une déclaration du MJ, s'ils font un brainstorming, le sourd est out (il peut ne même pas se rendre compte qu'une personne vient de parler).

Le MJ peut tout lui expliquer au fur et à mesure, bien sûr, mais ça me paraît très cloisonné, comme type de jeu : les autres communiquent ensemble et avec le MJ, puis le muet communique avec le MJ. À moins que les autres joueurs soient tous d'une discipline de fer (ne nous leurrons pas... ça n'arrivera jamais), le muet va rapidement se couper de la communication avec les autres joueurs et tomber dans un échange exclusif avec le MJ (solution de facilité). Et puis pas de role-play, pas de discussion un peu naturelle autour de la table, mots à choisir... Pour moi ça fait très jeu vidéo, le MJ étant l'ordinateur qui te donne toutes les informations pour décider de ta prochaine action.

D'autant plus qu'attendre de pouvoir prendre la parole, chercher le bon mot dans une liste, écrire... Ça fait beaucoup de temps morts (alors que pour les aveugles, on peut remplir ces blancs, par exemple lorsqu'ils cherchent leur dé, par des bouts de discussion) qui tuent un peu la réactivité du jeu.

Finalement, je ne doute pas que ce soit possible... mais ça m'étonnerait que ce type de jeu plaise sur le long terme, tant au sourd-muet qu'aux autres joueurs.

Hors ligne Hombelin

Re : Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #5 le: mai 18, 2010, 15:06:57 pm »
Le MJ peut tout lui expliquer au fur et à mesure, bien sûr, mais ça me paraît très cloisonné, comme type de jeu : les autres communiquent ensemble et avec le MJ, puis le muet communique avec le MJ. À moins que les autres joueurs soient tous d'une discipline de fer (ne nous leurrons pas... ça n'arrivera jamais), le muet va rapidement se couper de la communication avec les autres joueurs et tomber dans un échange exclusif avec le MJ (solution de facilité). Et puis pas de role-play, pas de discussion un peu naturelle autour de la table, mots à choisir... Pour moi ça fait très jeu vidéo, le MJ étant l'ordinateur qui te donne toutes les informations pour décider de ta prochaine action.

La grosse différence avec un jeu vidéo et un PC, c'est qu'on est entre humains.
Il y a bien des joueurs qui sans être sourd, perdent malgrés-tout le fil du jeu de temps en temps.
C'est vrais que ça serait une expérience plus "naturelle", à mon sens, si déjà le groupe à l'habitude de s'aider de pions sur plateau, de cartes du mondes, de croquis...
Il faudrait essayer, et même essayer à plusieurs reprises (avec différents sourds, avec différents groupes). Pour l'instant, on peut soit être d'un optimisme force-né, soit d'un pessimisme excessif. Avant que je ne communique sur la faisabilité de jouer avec des aveugles, qui auraient pensé cela possible?

Enfin, bref, faudrait essayer...

P.S.: C'est vrai que j'ai des expériences d'une pénibilité extrême avec des gens qui avaient tout (= sans handicapes), tout ça parce que les gens avaient décidé d'être pénibles à tout prix. Partant de là, jouer avec des aveugles ou des muets, ça peut en effet ressembler à décrocher la lune, ou ressembler à du sado-masochisme.

Hors ligne Laulaucmoi

Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #6 le: mai 18, 2010, 17:11:48 pm »
Sauf que si ton interaction avec les autres humains se résume à entourer des mots sur une liste... Mouais, c'est plus vraiment de l'interaction sociale au sens où on l'entend généralement. Bref, je trouve qu'une telle partie manque un peu de chaleur humaine.
Comme tu dis, faut essayer, si tu en as l'occasion n'hésite pas à nous raconter ensuite, je suis curieuse !

Avant que je ne communique sur la faisabilité de jouer avec des aveugles, qui auraient pensé cela possible?
Ben... moi, vu que je comptais le faire. ^^ (Et compte toujours... argh, je sais pas quand j'en aurai le temps et l'occasion)

La grande différence entre aveugles et sourds-muets, c'est que dans un cas ils ont le même mode de communication mais des repères différents, dans l'autre ils ont le même environnement que nous, mais avec un mode de communication (face à face du moins) qui n'a rien à voir.
C'est à mon avis la raison principale pour laquelle (si c'est vraiment le cas du moins... pour le coup j'en sais absolument rien, je ne connais pas de sourds) les aveugles sont beaucoup plus ouverts et intégrés que les sourds.
Ce que l'on devra bouleverser dans un cas fonctionnera dans l'autre, et réciproquement. (Un sourd peut lire n'importe quel bouquin de jdr.) Du coup le raccourci que tu fais de l'un à l'autre me paraît un peu rapide.
« Modifié: mai 18, 2010, 17:19:39 pm par Laulaucmoi »

Chewbashrek

  • Invité
Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #7 le: mai 18, 2010, 18:13:28 pm »
Je pense qu'un aveugle est plus facilement intégré par les gens qu'un sourd parce qu'il est beauoup plus facile de communiquer avec.
Et pour moi c'est plus lié au fait que le langage parlé est la solution de facilité pour nous autres d'entendants qu'à un quelconque rapport à l'environnement et aux repères.

Si tu regardes bien la population française actuelle: combien se préoccupent de communiquer avec des sourds/muets?
La barrière de la communication est là un frein vraiment irrémédiable.
De ce fait, il serait, à mon avis, plus facile de monter spécifique que de vraiment chercher à mélanger entendants/malentendants.
Parce qu'alors chacun pourra communiquer sans barrière impénétrable.

A moins de tester une table mixte mais avec des traducteurs. Mais j'ai peur que leurs tâche ne soit définitivement insurmontable, parce qu'ils devront traduire X personnes en même temps tout en transmettant les parôles du joueur sourd/muet.

A moins de monter une "hand speaking team" qui recevrait les cours adaptés pour communiquer directement en langage signé avec le sourd/muet.

Hors ligne Hombelin

Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #8 le: juin 02, 2010, 11:03:33 am »
J'ai recroisé à 2 reprises la mère du jeune adulte muet, et elle n'a pas saisies l'opportunité d'organiser une séance de jdr avec son fils. Donc, comme de mon côté, je ne vais pas aller spécialement de l'avant sur ce projet (plus assez de temps et d'énergie), je crois que la 1° séance ne sera pas demain.

A l'opposé, j'ai animé un une table de jeu-découverte du jdr (en présentant au passage mon club) lors de la fête du jeu. Et j'y ai croisé dans les bénévoles animant d'autres stand, un père d'un adolescent handicapé mentale, qui m'a soutenu que son fils pourrait tout à fait faire du jdr. Argument : les handicapés mentaux n'ont pas forcément une intelligence diminuée, mais une intelligence différente. Et donc le dit fils peut être étonnamment doué sur certains jeux de société.
Heureusement, ils habitent à 1h de là, et les handicapes divers de l'adolescent font qu'il n'est pas transportable. Par ce que si, sur le principe, je pourrais faire un essais, toujours ce problème de temps et d'énergie.
Mais en conclusion, je trouve que j'ai quand même de drôle de fréquentation.

Hors ligne Hombelin

Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #9 le: novembre 24, 2010, 20:40:01 pm »
Je viens d'avoir une demi-journée de formation sur le handicape Auditif, auprès du directeur de l'Institut d'Education Sensorielle et du Handicape Auditif. Cela fait au moins 20 ans qu'il travaille dans ce handicape (comme prof, etc...).

Il semblerait que ça soit bien plus dure qu'il n'y paraisse.
Comme pour le handicape visuel, mais de façon très différente, l'absence du sens auditif prive les enfants d'une quantité phénoménale d'informations. D'autant qu'il n'y a le rejet de la société et/ou du cadre proche ; le rejet mais aussi simplement la sous-estimation de l'importance de communiquer avec les sourds. Du coup, ils acquièrent extrêmement difficilement le langage français (écrit, au moins), mais aussi l'articulation de la pensée (compréhension des nuances, élaboration d'une hypothèse, de condition, de causalité...), en commençant par une assimilation des concepts (avant de la nommer). Sans parler des règles trés subtile de la sociabilité (par ex, très petit, les entendant entendent des règles comme "ne m'interromp pas quand je parle", "dit bonjour à la boulangère", etc).

"Lire sur les lèvres" semble relever plutôt du mythe, même si c'est possible. Ca serait en fait très fatigant, et au bout d'1 heure, il y a toute les chances que le sourd soit épuisé.

Il ne faut absolument pas mélanger la langue française, et le langage des signes, c'est absolument incompatible. Certains font du "français signé", mais ça ne fait apparemment, sur le long terme, que perturber les sourds. Le langage des signes ne conteraient qu'environ 3000 signes, contre environ un million de mot dans le dictionnaire français. Il semblerait que plus fréquemment un sourd fait des études supérieures, plus le catalogue des signes se garnit. Y-a-t-il un signe pour "pistolet laser" ou "cotte de maille en mithrille" ? (En cas d'absence totale, on peut créer un signe, mais il ne sera "officiel" que pour le groupe qui l'aura créé).

Il y a aussi la possibilité de la méthode L.P.C. = Langage Parlé Complété. Mais comme le langage des signes, il faut l'apprendre ; par contre, ça serait un peu plus simple.

Bref, la méthode que je proposais reposais sur le postulat que le sourd lisait sur les lèvres. Postulat apparemment totalement faut.

Pour stimuler la curiosité des sourds (et directement leur performance plus tard), il est apparemment hyper important de communiquer plus (et toujours plus). Le JdR semble donc un loisir et un outil intéressant. En dehors d'un cadre proposant un interprète, cela semble tout de même difficile de se lancer. En tout cas, mieux vaux bien préparer son truc, et pas se lancer "à l'improviste".

Hors ligne Dkarl

Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #10 le: novembre 25, 2010, 17:39:56 pm »
Je n'ai pas grand chose à dire... juste pour dire que je lis et que je trouve ça intéressant, histoire que tu ne penses pas que ça ne sert à rien de l'écrire ici.

Hors ligne Hombelin

Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #11 le: novembre 26, 2010, 09:32:26 am »
Merci Dkarl

Autre Anecdote :
Dans mon club, un des membres a aussi joué une séance avec une personne sourde. Il s'était retrouver en fait, "IRL" entre joueurs de WOW de la même guilde, et "surprise", l'un des joueurs précise qu'il est en fait sourd. Ils avaient sérieusement envisagé une séance de JdR sur table, alors ils ont poursuivit sur leur lancé. Heureusement, comme le monde est petit, que le hazard fait bien les choses, et que "les grands esprits se rencontrent" : dans les autres joueurs, il y avait quelqu'un qui "signait un peu" (c-a-d : qui parlait un peu le langage des signes). Le sourd, apparemment suffisament autonome pour jouer à WOW et venir à la rencontre des joueurs, connaissaient du même coup "elfe", "nain" etc, aussi que les principes fondamentaux du JdR. Et bien, malgrés la présence de quelqu'un qui signait un peu, le bilan c'est que "Ca a été chaud". Ils ont tout de même réussi à s'amuser et aller au bout de la séance.

Pour développer les conséquences de ce que j'ai appris lors de ma formation :
Si les sourds autours de la table connaissent peu la langue française, il est aussi inutile de leur écrire des mots sur un tableau, en espérant éclairer la situation. Ou tout au moins, c'est un bon début qui devra se poursuivre par l'explication du mot (explication sans doute laborieuse). On retombe donc un peu sur le même constat que pour les aveugles, même si les raisons (et sans doute les mots incriminés) sont différentes. Il faut s'attendre à ce que des sourds aient besoin d'un catalogue (d'un dictionnaire) expliquant les termes "Elfe", "Armure plates", etc, mais sans doute avec un tout autre supports. J'imagine, pour chaque terme, une ou deux images, un texte simple en français où il sera inutile de préciser taille et poid, et une serie de signes dessiné sur la feuille (ça, je ne sais pas si c'est possible).

Pour les images d'illustrations, il parrait qu'il faut connaitre les limites de l'outil. Ainsi, dans un autre contexte, si vous illustrez le terme "Fleurs", par l'image d'une rose, le sourd peut tout à fait enregistrer que les coquelicos (etc) ne sont pas des Fleurs, puisque les fleurs, c'est les roses (Je suis claire?).

Bref, cela milite donc pour resté dans un univers contemporain, ou un univers connu des joueurs : à leur demander, donc. De même cela milite pour garder le même groupe de joueurs dans une longue suite de séances : le temps que petit à petit, les joueurs et le MJ (le groupe, en sommes) prennent le temps de définir les objets (etc), de lui inventer un signe (si besoin). Si ca se révèle trop compliqué, inutile de monter en niveau : avec l'acquisition de nouvelles armes/armures/objets magiques/dons, qu'il faudra longuement définir. Autant faire des intrigues, des combats stratégiques (toujours contre des méchants humains), des intéractions sociales et de l'ambiance. Je rappel qu'Alexandre DUMAS n'a pas eut besoin de gobelins, de magicien et d'épée magique, pour faire de bon roman ; dans un registre télévisuel, Zorro et Thierry-la-Fronde ont fait stresser les téléspecteurs, sans aucune magie ni aucun monstre.

La "relative" pauvreté du dictionnaire des signes, mais aussi la singulière capacité des mots français à avoir plein de définitions différentes, ne facilite pas les choses. Je me vois déjà expliquer que la compérence "étiquette", c'est synonime de "Protocole", mais que ce n'est ni l'étiquette des magasins, avec leur prix, ni le protocole d'une expérience. De toute façon, je pense que si un jour je fais l'essais, je ferais comme avec les enfants aveugles : j'apporterai progressivement la feuille de PJ, et que de toute façon, la 1° séance, les PJ n'auront aune carac, aucun chiffre, juste une descrition, un archétype, et "il faut faire le plus gros résultat au dès ; et moi, le MJ, en fonction de votre personnage, je décide si cela suffit".

Il est fréquent que les sourds bénéficient de peu de communication avec "les gens". C'est souvent un apprentissage pour eux, d'intégrer qu'on ne parle pas de la même façon avec sa maman, sa petite copine, la boulagère, et le directeur de l'école (etc). Comme nous, nous jouons, il semble donc difficile d'improviser une séance avec par exemple un professeur. Car durant la séance, il y aura une certaine camaraderie avec les sourds. Et ensuite en sortant du jeu, il faut retourner en cours, et que les sourds reprennent un comportement adéquate avec le professeur. C'est en réalité tout à fait possible, mais il faut bien être conscient de la problèmatique, afin de s'en prémunir en expliquant bien les choses aux sourds.

Hors ligne Dkarl

Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #12 le: novembre 26, 2010, 11:50:35 am »
J'imagine qu'avec des gens qui ne sont pas sourd de naissance (quasi surdité ou surdité tardive), ces problèmes de compréhension/cognition/compréhension sociale ne se pose plus.
Ça pourrait être un début de tester avec des gens comme ça pour approcher le problème d'une personne qui n'a jamais entendu.


Hors ligne Hombelin

Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #13 le: janvier 04, 2011, 13:42:45 pm »
J'ai rediscuté hier-soir avec la maman d'un muet. Je crois que je vous avais déjà parlé d'elle dans un message précédent. Fort de la petite formation sur le handicape auditif dont j'ai bénéficié et qui a beaucoup éclairé ma lanterne, je voulais lui demander son aide pour mettre en place des premières séances. Elle m'a répondu "qu'elle ne m'aiderait pour du Jeux de Rôles". Elle continue a se méfier du jdr, comme d'une forme de peste. Elle m'a dit que "hier, elle avait encore vu à la Télévision des trucs sur le JdR montrant à quel point cela sort les gens de la réalité" (c'était donc avant-hier, par rapport à ce message). Elle sait bien que les muets ont du mal a être dans la réalité et/ou à faire la part des choses entre réalité et fictions, étant donné leur difficultés à faire des abstraction, leur difficulté à avoir de vraies informations permettant entre autre de faire la différence réalité/fiction (mais aussi pour avoir de vraies informations sur des sujets important, comme les maladies, etc), et enfin leur difficulté à avoir une vie sociale minimum. Donc pour elle, il y a plus de chance de faire beaucoup de mal, que de faire du bien, en présentant le jdr à des muets.

Cette réponse m'a un peu surpris et surtout déçus.
Côté établissement "pro", pour pouvoir faire un truc, c'est impossible : il faut fournir un projet, convaincre, mais surtout être disponible au bon moment (quand l'établissement est ouvert, a le publique ciblé présent et est dans la tranche horaire prévu pour les jeux/loisirs). Bref, c'est un truc pour si j'étais rentier, à la retraite ou chômeur. Les 2 premiers cas de figures ne sont pas prêt d'arriver, et le dernier cas de figure est si possible à éviter ou à réduire à une durée minimum.
Bref, j'avais espéré que du côté bénévolat/association, j'aurais plus de chance. Je misais donc pas mal sur la seule personne de mon réseau à pouvoir me mettre en relation avec des muets. C'est raté.

A force, j'ai un peit réseau, mais surtout côté handicape visuel ; côté handicape auditif, je n'ai pas spécialement cherché à en avoir. Cette maman, je la connaissais d'avant, et je savais que l'un de ses fils était sourd, par une connaissance commune. C'est vrai que si je demandais au reste de mon réseau "Connaissez-vous des personnes muettes, ou des parents de sourd/muet?" j'aurais peut-être effectivement d'autres pistes. Ensuite, il y a aussi les pages jaunes et internet, et j'aurais vite des contactes dans les environs, pour présenter mon projet.

Il reste que l'argumentaire de la maman n'est pas à prendre impérativement pour nul. Il est vrai que le jdr, même papier, peu faire du mal à des gens que le handicape et la société tendent à désociabiliser. Le JdR induit en premier lieu, à mon sens, une sociabilisation des participant, mais je n'écarte pas la possibilité que dans certains cas, cela enferme la poignée des participants, dans une vie centrée sur leur fiction collective.
C'est pourquoi j'avais envisagé de faire du jdr, dans "la réalité", en "jouant avec l'histoire", sans introduire de magie ni de monstre, et en respectant le plus possible les faits historique. Ce qui amène à ce projet, c'est à la fois la préoccupation sur la simple fesabilité (s'il y a peut-être un signe pour chateau, canon, rapière, il y a peut-être pas pour nain, fusil laser, épée vorpale), et les préocupations sur un jeu tournée vers la réalité et sa compréhension (pas loin du court d'histoire, ici) et non un jeu poussant trop dans le fictif. Par contre, gros soucis : je n'ai jamais "joué avec l'histoire", et j'ai trés peu de culture générale en histoire-géographie.
Et pis au finale, c'est peut-être complétement faux : des muets seraient peut-être totalement passionné par un donjon à la D&D...

Hors ligne Dkarl

Re : Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
« Réponse #14 le: janvier 04, 2011, 13:59:51 pm »
Pour le coup, je pense que l'argument de la maman n'est pas à prendre à la légère.
Je pense entrapercevoir le problème de rapport à la réalité qu'on ces enfants, du coup, je pencherais plus sur ta position de faire du JDR "réaliste".

Mais j'aimerais bien savoir (ça vaudrait le coup de demander à la maman), ces gamins, on ne leur raconte jamais d'histoire ? on ne les met jamais devant des films/D.A. ?
Dans le même ordre d'idée mais là je suis plus circonspect, on ne les met jamais en situation ? soit de jdr thérapeutique, pour l'apprentissage justement ?
Voir, j'en sais rien, par eux-même en position de jeu type gendarme/voleur docteur/patient ou autres?